Gagnez de l’argent en répondant à nos enquêtes

Inscrivez-vous dès maintenant !
Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Recrutement dans le metaverse : exemples et perspectives [Analyse]

Gagnez jusqu’à 50€ en participant à une de nos études de marché rémunérées.

Inscrivez-vous dès maintenant !

Si de plus en plus d’entreprises s’intéressent au metaverse, peu comprennent encore ce qu’elles peuvent y faire. Dès lors, organiser un événement de recrutement dans le metaverse peut encore sembler incongru à beaucoup. L’initiative du groupe français de grande distribution Carrefour n’en est dès lors que plus intéressante. Carrefour a en effet organisé une session de recrutement virtuelle dans le metaverse. Le retailer français prouve son envie d’innover, peu de temps après avoir acheté un terrain sur The Sandbox.

Carrefour recrute dans le metaverse

La session de recrutement de Carrefour dans le metaverse reste, de ce qui est visible, assez simpliste. L’introduction à ce recrutement dans un monde virtuel a été enregistrée (voir vidéo ci-dessous). Le patron de Carrefour, Alexandre Bompard, y fait un discours et on sent un petit peu la gêne, sans doute due à la nouveauté de l’exercice. De nombreux internautes ont d’ailleurs critiqué l’expérience. A la décharge d’Alexandre Bompard, il s’agissait d’une première pour Carrefour et sans doute aussi pour lui. Tout reste encore à défricher en matière de recrutement sur la « terra incognita » du metaverse.

Une quarantaine de personnes étaient online mais plusieurs d’entre elles faisaient partie de l’équipe de Carrefour et de celle du prestataire qui a facilité l’événement. Au final, il est raisonnable de penser qu’une trentaine de candidats étaient présents dans le metaverse.

Dans son discours, Alexandre Bompard a vanté la fibre « data » de l’entreprise et la taille de son cloud. Il a notamment mis en avant « le plus grand datalake d’Europe » et ses milliards de « first-party data« . Les termes utilisés visaient indubitablement à plaire aux profils techniques présents. Le fond et la forme étaient donc alignés pour aller à la rencontre de profils devenus rares sur le marché du travail. Or Carrefour a des ambitions importantes dans le monde digital. Comme l’a rappelé Alexandre Bompard, l’excellence dans le digital est indispensable pour résister aux géants du e-commerce.

Les ambitions de Carrefour passent donc par un renforcement de son pôle « data » qui ne comptera pas moins de 3000 spécialistes d’ici 2026. Pour les attirer, il faut donc leur donner envie. Parmi ces profils, certains devront à n’en pas douter travailler directement sur les initiatives business de Carrefour dans le metaverse.


Le metaverse ne pourra donc, au mieux, qu’être une porte d’entrée vers un processus de recrutement plus classique.



Recruter dans le metaverse : LG avait déjà essayé en 2021

Comme vous pourrez le voir dans cet extrait vidéo d’une chaîne anglophone en Corée du Sud, LG avait déjà tenté le recrutement dans le metaverse en 2021. Rappelons en effet que malgré sa popularité soudaine fin 2021, le metaverse n’est pas une nouveauté. Il y a 15 ans, le jeu Second Life offrait déjà la possibilité de « naviguer » dans un monde virtuel.


Le recrutement dans le metaverse : pourquoi ?

Le recrutement dans le metaverse n’en est qu’à ses balbutiements.

Phase 1 du recrutement dans le metaverse : attire les profils techniques

L’analyse du cas Carrefour est « exemplative » des raisons qui pourraient pousser les entreprises à aller recruter dans le metaverse. Il s’agit en fait principalement d’une question d’image. Compte tenu de la pénurie de profils IT, les entreprises doivent redoubler d’efforts pour paraître les plus innovantes possibles. Se lancer dans le metaverse participe de cette stratégie. C’est la raison pour laquelle ces événements de recrutement dans le metaverse seront sans doute encore réservés pour longtemps aux profils techniques.

Leur efficacité, leur coût, ne sont que des variables négligeables tant qu’ils permettent d’attirer l’attention des profils rares. Dans sa 1ère phase de développement, le metaverse appliqué au recrutement n’est donc qu’un argument marketing.


Phase 2 du recrutement dans le metaverse : rationaliser les process

On peut toutefois prédire que le metaverse s’appliquera un jour plus largement au recrutement. On cherchera alors à l’utiliser pour gagner en efficacité et pour optimiser le recrutement. Mais cette 2ème phase est encore loin. Il faudra pour cela que le metaverse dépasse le stade anecdotique pour être vraiment adopté. C’est loin d’être une évidence comme nous l’avions expliqué ici.


 

Conclusion : recruter dans le metaverse, bonne ou mauvaise idée ?

Organiser une session de recrutement dans le metaverse ne présente aucun intérêt pour 99% des entreprises. A ce stade, il ne s’agit en effet que d’un artifice marketing pour attirer l’attention de profils très spécifiques. Il est donc peu probable que vous soyez dans ce cas.

Les études que nous avons réalisées dans le domaine du recrutement des profils IT montrent que les candidats restent accrochés à des aspects factuels. Quelles sont les technologies utilisées ? Quel est le challenge technique ? Quel est le projet de l’entreprise ? Pour emporter la mise, le contact physique restera indispensable. Le metaverse ne pourra donc, au mieux, qu’être une porte d’entrée vers un processus de recrutement plus classique.

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

2 Comments

  1. @Pieere-Nicolas Schwab : Avez vous vraiment fait une véritable étude sur les retours des participants pour donner un jugement aussi hâtif sur le succès ou non de ce type de recrutement ?
    A priori non, car çà a été un véritable succès et l’école Mine Telecom, nous a contacté pour travailler le sujet avec eux.

    C’est un nouveau moyen de se rapprocher en distanciel de ses candidats (ou collaborateurs) avec un véritable sentiment de présence qu’on ne peut retrouver sur les outils visios classiques. Ce sentiment de présence est essentiel pour la partage, l’échange et la transmission.

    La ou vous avez raison, c’est que ce type de recrutement s’adresse aux marchés en tension et/ou les entreprise s’arrachent pour recruter les meilleurs talents et/ou les entreprise en déficit de marque employeur sur le thème de l’innovation. Donc, cela réduit considérablement les entreprises concernées. Mais ce n’est que le début !

    Alexis Vervelle
    CEO VR ACADEMIE
    Producteur de cet évènement pour Carrefour.

  2. Merci pour votre commentaire. Je ne crois pas m’être exprimé sur le succès ou non pour l’entreprise de ce type d’événement. Ce n’était d’ailleurs pas l’objectif de ce billet puisque je n’avais pas cherché à recueillir des feedbacks des candidats. Il me semble toutefois avoir lu dans la presse que cet événement avait permis à Carrefour d’engager une personne.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *