3 avril 2023 1094 mots, 5 min. de lecture

Transport aérien : consolidation du marché en vue

Par Pierre-Nicolas Schwab Docteur en marketing, directeur de IntoTheMinds
Pendant la crise du Covid nous avions publié une analyse sur le futur du secteur aérien. A cette époque nous prévoyions une consolidation du marché à cause de la disparition et du rachat de « petites » compagnies. Cette consolidation est en […]

Pendant la crise du Covid nous avions publié une analyse sur le futur du secteur aérien. A cette époque nous prévoyions une consolidation du marché à cause de la disparition et du rachat de « petites » compagnies. Cette consolidation est en marche et 2023 sera l’année où elle se matérialisera.

Statistiques sur le marché aérien en 2022-2023

  • 791m€ : les bénéfices de Lufthansa en 2022
  • 728m€ : les bénéfices d’Air France-KLM en 2022
  • 431m€ : les bénéfices d’IAG en 2022
  • 142m€ : les bénéfices d’Easyjet en 2022 après une perte de 193m€ en 2021
  • 1,3-1,4 milliard d’Euros : les bénéfices estimés de Ryanair pour l’exercice 2022-2023
  • 500m€ : le montant du rachat d’Air Europa par IAG
  • 30% : la part de marché en Europe des 6 plus grands groupes (Ryanair, Turkish Airlines, Lufthansa, IAG, Air France-KLM, Easyjet)
  • 66% : la part de marché aux Etats-Unis des 4 plus grands groupes (United, Delta, American Airlines, Southwest)

Easyjet : première tentative de rachat … avortée

Easyjet a failli être la première victime de taille de cette consolidation pendant la crise du Covid. Dès 2021, elle a fait l’objet d’une tentative de reprise par Wizzair. Elle l’a toutefois repoussée.

Easyjet reste toutefois dans une position délicate. Ses pertes de 192 m€ en 2021 en faisaient une cible de choix pour d’autres groupes qui avaient une meilleure trésorerie. Sa situation s’est améliorée en 2022 même si elle reste fragile (bénéfices de 142m€ en 2022).


target ciblage banner

Dossier bouclé pour Air Europa et TAP comme prochaine cible

Air Europa était la 3ème compagnie espagnole. IAG l’a rachetée pour 500 millions d’Euros après une première tentative pour 1 milliard en 2019. Le Covid est passé par là, qui a fragilisé la position des « petites » compagnies.

Désormais, c’est TAP, la compagnie portugaise, qui suscite les convoitises. Air France – KLM et Lufthansa font partie des acheteurs possibles. TAP est une cible de choix pour plusieurs raisons :

  • la compagnie avait été nationalisée en 2020 pendant le Covid et l’Etat portugais doit la remettre sur le marché
  • TAP jouit d’une position de leader au Portugal
  • TAP est une porte d’entrée vers le Brésil (voir ci-dessous le paragraphe sur l’HUBerisation)

Nous parions sur un rachat de TAP en 2023.

Un autre dossier de taille est ITA Airways. Cette compagnie, née sur les cendres d’Alitalia, intéresse Lufthansa. Les rumeurs indiquent que Lufthansa en rachèterait 40% avant l’été après la signature en janvier 2023 d’une lettre d’intention (LOI).


plane banner avion

Les bienfaits de la consolidation du marché aérien

La consolidation apporte 3 bienfaits principaux :

  • économies d’échelle
  • pouvoir de négociation accru
  • nouvelles routes et renforcement du rôle des hubs

Economies d’échelle

Les compagnies low costs ont construit leur business model sur les économies d’échelle. Elles apparaissent aujourd’hui comme une condition sine qua non à la réussite. Ces économies d’échelle se concrétisent bien évidemment dans les achats (voir paragraphe suivant) mais pas seulement. La digitalisation des processus est coûteuse et il convient donc d’avoir une base clients la plus large possible pour l’amortir. Accessoirement, la consolidation permet aussi de proposer des programmes de fidélisation plus attractifs car regroupant plus de compagnies.

Pouvoir de négociation

Dans un monde où l’offre et la demande se digitalisent, le pouvoir de négociation est un facteur essentiel pour améliorer ses marges. C’est lui qui permet de négocier de meilleures commissions avec les plateformes d’intermédiation (Expedia, Opodo, etc …) par lesquelles les consommateurs font aujourd’hui leurs achats.

Ce pouvoir de négociation se matérialise également dans les commandes aux constructeurs. Les « méga commandes » sont désormais la norme et les records sont battus chaque année. En février 2023, Air India a ainsi passé commande de 540 avions d’un coup : 250 Airbus et 290 Boeing ! Du jamais vu.

Nouvelles routes et « Huberisation »

Les bons rachats permettent également de proposer facilement de nouvelles routes et de nouvelles destinations à sa clientèle. C’est la raison pour laquelle TAP est convoitée. En effet, la compagnie portugaise est une porte d’entrée vers le Brésil et ses millions de touristes. Le rachat de TAP par un des grands transporteurs européens permettrait de renforcer l’un des grands hubs européens : Paris (Air France-KLM), Francfort (Lufthansa) ou Londres (IAG). Ce rôle renforcé des hubs était du reste une des prévisions que nous avions émises lors de notre analyse du secteur pendant la période du Covid.


L’Europe : LE marché où la consolidation reste encore à faire

L’Europe est au final un marché encore très fragmenté puisque les 6 plus grands groupes se partagent seulement 30% du marché. Ces 6 groupes sont :

  • Ryanair
  • Turkish Airlines
  • Lufthansa
  • IAG
  • Air France-KLM
  • Easyjet

De multiples compagnies régionales ou nationales continuent leurs activités et captent la plus grosse part du marché. Nombre de ces compagnies sont toutefois moribondes :

  • Tarom (Roumanie)
  • Czech Airlines (République Tchèque)
  • AirBaltic
  • Corsair (criblée de dettes)

et bien d’autres encore survivent en se concentrant sur quelques destinations nationales très spécifiques (LOT, Finnair, …).

Nous confirmons donc nos prévisions de rachats dans les 24 prochains mois. Corsair est une cible de choix pour Air France – KLM. Cette compagnie offre en effet des destinations vers l’Outre-Mer et est très endettée. Finnair s’est redressée sur les 2 derniers trimestres de 2022 mais a perdu 163,9 millions d’Euros sur cet exercice financier.

prédiction futur image d'illustration

Le futur du transport aérien : 12 compagnies … au moins

Carsten Spohr, dès 2019, envisageait déjà le futur du transport aérien sous l’angle de la consolidation. Il voyait 12 groupes de transport aérien se partager le marché. Nos analyses prévoient plutôt un futur à 15 groupes de transport.

  • 4 en Europe (Ryanair, Lufthansa, IAG, Air France – KLM)
  • 4 aux Etats-Unis (Delta, United, American Airlines, Southwest)
  • 4 en Asie (Singapore Airlines, Air China, China Southern Airlines, China Eastern Airlines)
  • 3 dans les pays du Golfe (Emirates, Qatar Airways, Etihad)

Nous pensons que l’équilibre low cost/compagnies traditionnelles ne peut plus être remis en cause. Bien que le besoin soit a priori le même (se déplacer en avion), les positionnements sont à ce point différents qu’ils ne peuvent que co-exister. Même si la rivalité low cost/compagnies traditionnelles est présenté sous l’angle de la concurrence, nous pensons plutôt qu’une analyse long-terme se doit d’appréhender la complémentarité de ces modèles. Les destinations sont différentes, les besoins profonds pas forcément convergents et les clientèles souvent diamétralement opposées. En Europe et aux États-Unis, les positions de Ryanair et Southwest Airlines sont devenues inamovibles.



Publié dans Stratégie.

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *