21 février 2024 987 mots, 4 min. de lecture

Les 7 profils des utilisateurs de réseaux sociaux

Par Pierre-Nicolas Schwab Docteur en marketing, directeur de IntoTheMinds
La dynamique des réseaux sociaux dépend de ses utilisateurs. Il est possible de les analyser suivant leur profil de création/consommation de contenu. On distingue 7 profils que nous analysons ici. Contactez le cabinet d’études IntoTheMinds Les 7 types d’utilisateurs de […]

La dynamique des réseaux sociaux dépend de ses utilisateurs. Il est possible de les analyser suivant leur profil de création/consommation de contenu. On distingue 7 profils que nous analysons ici.

Contactez le cabinet d’études IntoTheMinds

Les 7 types d’utilisateurs de réseaux sociaux

Les études sur l’utilisation des réseaux sociaux utilisent généralement une segmentation telle que celle qui a été proposée par Forrester (voir ci-dessus). Il s’agit d’un modèle pratique pour une première compréhension des comportements online.

Profil utilisateur Description Insights
Créateurs Publient des articles blogs, des pages web, créent des podcasts ou des vidéos, publient du contenu sur les réseaux sociaux. Ces utilisateurs sont les plus actifs et influents sur les médias sociaux, souvent à l’origine de tendances et de nouveaux sujets. Ils sont les principaux moteurs de création de contenu et de formation d’opinions. Leur fruit de leur création peut avoir un impact significatif sur la perception des marques et le comportement des consommateurs.
Conversationalistes Mettent à jour leur statut sur les réseaux sociaux, publient des mises à jour sur Twitter. Ce groupe participe activement aux dialogues et discussions, façonnant souvent le récit autour des sujets. Ils sont cruciaux dans la diffusion d’informations et peuvent influencer leur réseau par des interactions régulières et des opinions personnelles.
Critiques Publient des avis sur les produits, commentent sur les blogs, contribuent aux forums, éditent des wikis. Les critiques jouent un rôle vital dans la formation de l’opinion publique et la perception des produits et services. Leurs avis et commentaires peuvent influencer les décisions des consommateurs et sont souvent recherchés pour leur expertise ou leur point de vue expérimenté.
Collectionneurs Utilisent plusieurs réseaux sociaux, ajoutent des tags à des pages web/photos. Les collectionneurs aident à organiser et à arranger le contenu, le rendant plus accessible et compréhensible pour les autres. Leurs activités soutiennent la structure et la navigation du contenu en ligne, aidant à sa découvrabilité et à sa pertinence.
Adhérents Maintiennent des profils sur les réseaux sociaux, visitent ces sites. Les adhérents représentent la base plus large des utilisateurs de médias sociaux. Bien qu’ils soient moins actifs dans la création de contenu, leur participation par le biais de la maintenance de profil et des visites de sites contribue à l’écosystème global, fournissant un public et un potentiel d’engagement.
Spectateurs Lisent des blogs, écoutent des podcasts, regardent des vidéos, lisent des forums et des avis de clients. Les spectateurs, bien qu’ils ne contribuent pas activement, forment le plus grand segment des médias sociaux. Ils sont ceux qui sont impactés en premier lieu par les contenus publiés et sont donc essentiels aux phénomènes de viralité.
Inactifs Ne s’engagent dans aucune des activités ci-dessus. Les inactifs ne participent pas directement à la dynamique des médias sociaux. Néanmoins ils représentent un public potentiel. En comprenant pourquoi ils sont inactifs, on peut éventuellement élargir la portée des médias sociaux.

Qu’est-ce qui motive les gens à utiliser les médias sociaux ?

Quelles sont les raisons qui poussent les gens à passer d’un niveau à l’autre ? Vous serez certainement d’accord avec moi pour dire que plus on gravit les échelons moins on trouve de personnes dans chaque catégorie. Logiquement le niveau « créateurs » compte beaucoup moins de membres que celui des « spectateurs ».  Pourtant, il n’est pas évident de cerner ce qui motive les gens à aller plus haut.

Une étude permet de mieux comprendre les motivations des 7 différents types d’utilisateurs des réseaux sociaux. Cette étude s’est appuyée sur l’utilisation de diaries (ou « journaux de bord »), une méthode d’étude qualitative intéressante. Cette étude montre que les utilisateurs ne sont pas « bloqués » à un niveau. Ils peuvent en fait bouger d’un état à l’autre en fonction de leurs buts mais également de l’information qu’ils consomment. Mais, en tout état de cause, ils doivent avoir des buts et doivent être récompensés.

Cette récompense, qui peut d’ailleurs être à l’origine des addictions aux réseaux sociaux, peut prendre différentes formes :

  • Pour un collectionneur, le nombre de fans est probablement un bon indicateur de votre popularité et de l’impact que vous pouvez avoir. C’est leur récompense.
  • Pour les Conversationalistes (ceux qui aiment discuter online), le nombre de commentaires qu’ils génèrent ou la densité de la conversation qu’ils contribuent à alimenter est aussi une récompense.
  • Pour les créateurs (blogueurs, par exemple), les statistiques de fréquentation (nombre de visiteurs) sont leur drogue.

Faire bouger un utilisateur d’un segment à l’autre requiert donc de lui fournir un incitant.

Comment expliquer qu’il y ait moins de créateurs que de collecteurs ?

La propension des utilisateurs à gravir les échelons est évidemment déterminée par leur propre volonté, par les incitants, mais aussi par un stimulus plus subtil : l’effort. Cet effort c’est celui qu’ils doivent déployer par rapport à la récompense qu’ils peuvent attendre.

C’est ce rapport qui explique la raréfaction des utilisateurs dans les segments en haut de l’échelle. Pour les collectionneurs (qu’on appelle de plus en plus « curateurs ») le ratio « effort/nombre de followers » est faible alors que pour les blogueurs le même ratio est nettement supérieur. Dans le premier cas, vous avez besoin d’une quantité limitée d’efforts pour obtenir rapidement un nombre important de fans. Dans le second cas, il faut une grande quantité d’effort, beaucoup de temps et surtout de discipline pour rendre un blog populaire. Comme vous pouvez le deviner, plus le ratio est haut (effort important pour nombre de fans faible) plus la motivation baisse.



Publié dans Recherche.

1 commentaire

  1. Merci pour cet article.

    Selon vous ?
    1. Quelle marche de l’échelle va le plus être affectée par l’utilisation des IA?
    2. Pour faire connaitre un produit/une marque, quel niveau de l’échelle est la plus intéressante ? Spectateurs ?
    3. Avez-vous des études sur les meilleurs incitants pour passer de spectateurs à adhérents ?

    Bien à vous.

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *