Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Les facteurs motivant l’utilisation des médias sociaux

Share This Post On

Lors de la conférence ESADE, Sue Vaux Halliday a présenté ses travaux sur le «contenu généré par l’utilisateur et ses créateurs: les consommateurs et les commentateurs”. Au cours de sa présentation Sue s’est basé sur le  concept de l’échelle des médias sociaux (également appelé “social technographics ladder”: voir la présentation slideshare ci-dessous pour plus d’informations) qui permet de segmenter la population selon l’usage des outils de médias sociaux.

Au bas de l’échelle vous avez les «inactifs» et au sommet les «créateurs»; les catégories sont (de bas en haut): Inactifs – Spectateurs – les “Joiners” (ceux qui adhérent) – Collecteurs – Critiques – Causeurs – Créateurs. Sue a donné un très bon aperçu des caractéristiques de chacun des membres de ces catégories

Qu’est-ce qui motive les gens à utiliser les médias sociaux

Après sa présentation, mes pensées se concentraient sur les raisons qui poussent les gens d’un niveau à l’autre. Vous serez certainement d’accord avec moi pour dire que plus on gravit les échelons moins on trouve de personnes dans chaque catégorie. Logiquement le niveau “créateurs” est beaucoup moins “peuplé” que celui des “spectateurs”.  Pourtant, il n’est pas évident de cerner ce qui motive les gens à aller plus haut. Alors que Sue avait affaire à l’importance d’adeptes ou des ventilateurs pour les personnes qu’elle a interrogées, il est devenu clair pour moi qu’il y a une relance fondé sur la récompense dans le processus.

Pour un collecteur (ce qui reprennent du contenu sur Facebook ou Twitter) le nombre de fans est probablement un bon indicateur de votre popularité et de l’impact que vous pouvez avoir. C’est leur récompense.

Pour les causeurs (ceux qui aiment discuter online), je peux imaginer que le nombre de commentaires qu’ils génèrent ou la densité de la conversation qu’ils contribuent à alimenter est aussi une récompense.

Pour les créateurs (blogueurs, par exemple), les statistiques de fréquentation (nombre de visiteurs) sont leur drogue.

 

Comment expliquer qu’il y ait moins de créateurs que les collecteurs ?

Ce que je pense, c’est que la propension des gens à gravir les échelons est évidemment déterminée par leur propre volonté, mais aussi par un stimulus plus subtile: à savoir l’effort qu’ils ont à déployer par rapport à la récompense qu’ils peuvent attendre.

Je pense que c’est ce rapport qui explique la raréfaction des gens dans le haut de l’échelle. Pour les collecteurs (qu’on appelle de plus en plus “curateurs” dans le jargon franglais) le ratio “effort / suiveurs” est faible alors que pour les blogueurs le même ratio est nettement supérieur. Dans le premier cas, vous avez besoin d’une quantité limitée d’efforts pour obtenir rapidement un nombre important de fans. Dans le second cas, il faut une grande quantité d’effort, beaucoup de temps et surtout de discipline pour rendre un blog populaire. Comme vous pouvez le deviner, plus le ratio est haut (effort important pour nombre de fans faible) plus la motivation baisse.

Tags: , , , ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *