26 avril 2023 1100 mots, 5 min. de lecture

Diversité des comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises

Par Pierre-Nicolas Schwab Docteur en marketing, directeur de IntoTheMinds
Dans une première étude sur la diversité de 100 comités de direction français, nous avions révélé que 97,4% des CEO’s étaient blancs. Nos résultats montraient entre outre que la France ne se distinguait pas particulièrement en termes de diversité homme-femme. […]

Dans une première étude sur la diversité de 100 comités de direction français, nous avions révélé que 97,4% des CEO’s étaient blancs. Nos résultats montraient entre outre que la France ne se distinguait pas particulièrement en termes de diversité homme-femme. Aujourd’hui nous révélons les résultats d’une analyse de la diversité au sein des 50 plus grandes entreprises françaises. Cette étude fait en outre écho à celle que nous avions publiée sur la diversité dans les 50 plus grandes entreprises américaines.

Contactez le cabinet d’études IntoTheMinds

Statistiques sur les 603 membres des comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises

  • 93,7% des membres sont blancs
  • 25,7% des membres sont des femmes
  • 100% des CEO sont blancs
  • seulement 8% des CEO sont des femmes
  • 9,1% des DRH sont d’origine ethnique autre que caucasienne
  • 10,7% des CDO/CTO sont d’origine ethnique autre que caucasienne
  • 52,3% des DRH sont des femmes
  • 76,7% des CFO sont des hommes
  • 32,1% des CTO/CDO sont des femmes
  • seulement 2% sont d’origine maghrébine
  • seulement 1,2% sont noirs (hommes et femmes confondus)

Sommaire

  1. Méthodologie
  2. Un problème de diversité ethnique dans les comités de direction français
  3. Les positions les plus importantes monopolisées par les personnes blanches
  4. Diversité hommes-femmes dans les comités de direction : le seuil des 30% n’est pas atteint.
  5. Conclusions

diversity in French executive committees (gender and ethnic diversity)Pour télécharger une version haute résolution, cliquez ici.


Méthodologie

Dans cette étude nous nous sommes attachés à analyser la diversité de genre et la diversité ethnique au sein des comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises. Nous avons suivi la même méthode approche en termes de codage que celle décrite dans notre étude sur les États-Unis.

A la différence des États-Unis nous avons résoudre un problème de redondance de certains comités de direction. En effet, certains groupes intègrent des sociétés qui figurent plusieurs fois au TOP50 et qui partagent les mêmes dirigeants. Pour ne pas introduire de biais nous n’avons donc pas traité ces comités en double ou en triple et les avons remplacés par les sociétés qui étaient classées à partir de la 51ème position.

Les sociétés concernées par ces remplacements sont les suivantes :

  • sociétés du groupe TotalEnergies
  • « Arcelormittal Atlantique Et Lorraine » et « Arcelormittal France »
  • Carfuel et Carrefour
  • Airbus et Airbus Operations
  • Stellantis et PSA Automobiles

Nous avons au final analysé le profil de 603 personnes au sein de 50 comités de direction.

diversity


Un problème de diversité ethnique dans les comités de direction français

La première chose qui saute aux yeux est le peu de diversité ethnique au sein des comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises. Ceci confirme donc les résultats que nous avions publiés sur une première série de 100 entreprises en France.

Nos résultats montrent en effet que sur les 603 personnes analysées, 565 sont caucasiennes (blanches): 422 hommes et 143 femmes. Les comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises sont donc blancs à 93,7% ce qui est largement supérieur à ce que nous avions calculé aux Etats-Unis (76,1%).

La situation est particulièrement « visible » en ce qui concerne la position de CEO : 100% des CEO’s sont blancs. La diversité ethnique au top des entreprises est loin de ce que nous avions pu observer aux Etats-Unis. Dans ce pays, 22% des CEO’s étaient non-blancs.

La France, pourtant une terre d’immigration, n’offre donc que peu d’opportunités aux personnes issues de l’immigration. Les maghrébins ne sont que 12 (2%) et les asiatiques 18 (3%). Quant aux personnes noires (Afrique subsaharienne), c’est bien simple, nous n’en avons trouvé que 5, soit à peine 1,1%.

Composition des comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises


Les positions les plus importantes monopolisées par les personnes blanches

Le constat que nous venons de tirer est particulièrement prégnant pour les 4 fonctions que nous avons analysées en détail dans cette étude :

  • CEO
  • CFO
  • DRH
  • CTO/CDO

Le tableau ci-dessous vous montre la répartition, pour chaque fonction, en fonction de l’origine ethnique.

CEO CFO DRH CTO/CDO Autres fonctions
Caucasiens (blancs) 100,0% 95,3% 90,9% 89,3% 93,4%
autres origines ethniques 0,0% 4,7% 9,1% 10,7% 6,6%

Il est intéressant de noter que la fonction de CFO est, à peu de choses près, tout aussi inégalitaire qu’aux Etats-Unis. Dans ce dernier pays, les CFO sont à 92% blancs. En France, la proportion monte à 95,3%.

On trouve plus de diversité parmi les DRH puisque 9,1% ne sont pas blancs (aux États-Unis la proportion est de 16,3%).

Comme aux États-Unis également, la fonction de CTO/CDO est celle qui offre le plus d’opportunités aux non-caucasiens (non-blancs). Un peu plus de 10% des personnes occupant cette fonction sont de cette origine. Cela reste toutefois largement inférieur aux Etats-Unis où le pourcentage grimpe à 36,8%.

Diversité hommes-femmes au sein des comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises


Diversité hommes-femmes dans les comités de direction : le seuil des 30% n’est pas atteint

Notre première étude de 100 grandes entreprises françaises (cotées et non cotées) avait montré que le seuil des 30% de femmes dans les comités de direction était déjà atteint. La situation est différente pour les 50 plus grandes entreprises françaises puisque le pourcentage de femmes n’y est que de 25,70%.
Rappelons que la France a légiféré pour atteindre le seuil de 30% d’ici 2026. Il s’agit de la loi Rixain sur la féminisation des comités de direction qui s’applique aux entreprises cotées uniquement.

La situation dépend toutefois fortement de la fonction. Alors que les femmes ne représentent que 8% des CEO’s, le pourcentage monte à 52,3% pour la fonction de direction des ressources humaines. Si ce pourcentage est nettement inférieur à ce qu’il est aux Etats-Unis (81,4%), la situation s’inverse étonnement pour le poste de CTO/CDO. Alors qu’aux Etats-Unis les femmes n’y sont représentées qu’à hauteur de 23,7%, en France le pourcentage grimpe à 32,1%.

CEO CFO DRH CTO/CDO Autres fonctions
Hommes 92,0% 76,7% 47,7% 67,9% 75,1%
Femmes 8,0% 23,3% 52,3% 32,1% 24,9%


Conclusions

Cette étude, centrée sur les 50 plus grandes entreprises françaises, permet de tirer plusieurs enseignements fondamentaux :

  • la société française reste très inégalitaire en ce qui concerne l’accès aux fonctions de direction dans les plus grandes entreprises
  • cette inégalité s’exprime notamment à travers le peu de diversité ethnique : 100% des CEO’s sont blancs, et de manière générale seuls 6,3% des 603 personnes étudiées sont d’origine non-caucasienne (c’est-à-dire non-blancs)
  • les comités de direction des 50 plus grandes entreprises françaises n’atteignent pas encore le seuil de 30% de femmes fixé par la loi Rixain et devant être atteint d’ici à 2026


Publié dans Recherche.

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *