Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

50% des entreprises créées en 2006 sont mortes : les facteurs influençant la survie des startups

Share This Post On

Il y a beaucoup de controverse autour du taux de survie des jeunes entreprises. Un taux de survie de 25% après 7 ans est souvent mentionné mais il n’y a pas vraiment de preuve scientifique que ce chiffre soit exact. aucune preuve autour de lui; certains parlent d’un taux de survie de 90% mais incluent dans les 10% uniquement les faillites. L’écart est tellement énorme que les vrais chiffres réels sont très précieux.
Ces chiffres ont été publiés la semaine dernière par l’institut français de statistiques INSEE (lien vers la source originale). En 2006, 286 000 entreprises ont été créées. Cinq ans plus tard, la moitié d’entre elles sont encore en vie.

L’étude va au-delà du simple calcul du taux de survie et donne quelques informations hautement intéressantes:

  • Les entreprises dans les secteurs du commerce et de la construction sont celles qui ont les plus faibles chances de survie (45% et 47% respectivement)
  • les entreprises dans le transport et les services B2B ont les meilleures chances de survie (61% et 58%)
  • Le capital utilisé pour démarrer l’entreprise influence positivement la survie des entreprises. Les deux tiers (2/3) des entreprises sont créées avec moins de 16000 € de capital et 1/3 avec moins de 4000 €
  • 44% des entreprises créées avec 4000 € ou moins sont encore en vie après 5 ans
  • 60% des entreprises créées avec plus de 40000 € sont encore en vie après 5 ans
  • 66% des entreprises créées avec plus de 160000 € sont encore en vie après 5 ans
  • Les entreprises créées par des titulaires d’un diplôme universitaire de 3ème degré ont deux fois plus de chances de survie que les entreprises démarrées par une personne sans diplôme
  • Le taux de survie des entreprises est 50% plus élevé que celui des indépendants

Conseils pour pour votre étude de marché (à Bruxelles, en Belgique, ou ailleurs) et votre business plan

Si vous êtes sur le point de démarrer votre entreprise assurez-vous que vous utilisez tous les leviers possibles pour augmenter vos chances de succès: démarrer une entreprise de services B2B par exemple, avec un capital d’au moins 40000 € et vous assurer que vous ou vos co-fondateurs ont une maîtrise ou un doctorat … Croyez-vous vraiment que cela soit aussi simple que cela ?

En fait, l’étude de l’Insee est purement descriptive et ne va pas au-delà des chiffres. Nous pensons que ces chiffres pourraient ne pas être pertinents.

La première question qui se pose est de savoir comment la moitié des entreprises a fermé. Ont-elles fermé parce qu’elles ont fait faillite ou ont-elles fermé en raison de facteurs qui n’ont rien à voir avec la rentabilité de l’entreprise?

Le transport a le plus haut taux de survie parce que les coûts d’investissement initiaux et les barrières à la sortie sont élevés, motivant ainsi les fondateurs à tout tenter le plus longtemps possible pour ne pas perdre leur mise initiale? Ou bien le transport est-il objectivement plus rentable que d’autres secteurs?
Pour finir qu’est-ce qui fait que le capital est corrélé au taux de survie des entreprises? Le capital est-il un antécédent de la survie ou seulement un indicateur de présence d’autres facteurs qui eux ont un impact véritable ? Par exemple un capital élevé ne traduit-il simplement pas le fait que les fondateurs sont plus âgés et ont eu le temps de mettre de côté une somme plus élevée ? Ainsi le capital serait un indicateur de maturité du fondateur, facteur qui serait dès lors le véritable antécédent de la survie.

Tags: , , , ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *