Gagnez de l’argent en répondant à nos enquêtes

Inscrivez-vous dès maintenant !
Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Marché du bio : une Europe à 2 vitesses [Étude de marché]

Gagnez jusqu’à 50€ en participant à une de nos études de marché rémunérées.

Inscrivez-vous dès maintenant !

Le marché du bio subit une profonde mutation. Après une croissance rapide durant le Covid, certains marchés ont subi une légère contraction en 2021. Pourtant, tous les pays européens ne sont pas à la même enseigne. Des croissances fortes ont ainsi été enregistrées en Allemagne (+5,9%), en Autriche (+15,2%) et en Espagne (+8,9%). Découvrez dans cet article la dynamique à 2 vitesses du marché du bio en Europe.

7 statistiques sur le marché du bio en Europe

  • C’est en Autriche que la croissance du marché du bio a été la plus forte en 2021 : +15,2%
  • Les Danois sont ceux qui dépensent le plus pour des produits bio : 422€/personne en 2020
  • Les Anglais sont ceux qui dépensent le moins pour le bio : seulement 50€/personne en 2021
  • Les marchés du bio français, suédois et finlandais ont chacun perdu 0,5% en 2021
  • En taille absolue, c’est la Finlande qui représente le plus petit marché européen : 410m€
  • L’Allemagne constitue le plus grand marché bio en valeur absolue : 15,87 Mrds €
  • 72% des Espagnols et 88% des Italiens ont acheté un produit bio en 2020

Tableau général du marché du bio en Europe

Le marché du bio apparaît comme fractionné. Les chiffres 2021 laissent apparaître des différences importantes entre pays européens. Il y a clairement une dynamique à 2 vitesses avec certains pays très en pointe (Danemark, Suède Autriche, Allemagne, France) et d’autres plus à la traîne.

La classique division nord/sud n’est ici plus d’application puisque le Royaume-Uni, la Finlande, les Pays-Bas et la Belgique sont également à la traîne. Le niveau de dépense par habitant n’y dépasse pas 80€/an alors que les Français dépensent près de 190€/an et les Danois 422€ (record d’Europe).

Se lancer dans le bio nécessite clairement une réflexion quant au marché cible et une compréhension de ses spécificités.

infographie et classement du marché du bio en Europe en 2021

Pourquoi le marché du bio est-il si hétérogène en Europe ?

L’hétérogénéité du marché du bio en Europe est sans doute le fruit de différences de pouvoir d’achat. Mais pas seulement.

Pouvoir d’achat

La première raison qui explique les différences en matière d’achat de produits bio est bien entendu le pouvoir d’achat. Cela peut paraître comme une évidence, mais plus le pouvoir d’achat augmente et plus la capacité d’un ménage d’investir dans une alimentation de qualité augmente. Pour s’en rendre compte il suffit de regarder le graphique intitulé « Dépenses annuelles en produits bio par habitant ». On retrouve en tête de classement les pays où les ménages sont les plus riches (indice AIC, voir également paragraphe « données de marché »).

L’indice AIC permet d’expliquer pourquoi les Danois (en 2ème position) dépensent plus pour les produits bio que les Espagnols (en 15ème position). Mais cela ne suffit pas pour expliquer que les Finlandais, Néerlandais ou Belges dépensent si peu pour du bio (moins de 80€, comme les Italiens et les Espagnols) alors qu’ils sont en tête de classement en matière de pouvoir d’achat. Pour expliquer ces anomalies, il faut se tourner vers l’analyse des marchés nationaux.

Conditions de marché différentes

Chaque marché possède des spécificités qui permettent d’expliquer pourquoi les dépenses en produits bio varient autant d’un pays à l’autre.

Commençons par la Finlande. Elle est en 7ème position en Europe en termes de pouvoir d’achat et pourtant les dépenses en produits bio par habitant ne s’élèvent qu’à 73€/an (derrière l’Italie). L’explication ? D’une part la production locale bio est réduite en raison du climat. D’autre part les Finlandais sont très axés sur le vegan et les produits végétaux, au détriment donc du bio.

Les mêmes raisons climatiques peuvent être évoquées pour la Suède. L’agriculture bio y est moins soutenue et les produits doivent donc être en majorité importés. A ceci s’ajoutent des habitudes de consommation qui privilégient les produits locaux et ceux en circuit court. L’arbitrage est donc défavorable au bio.

En Allemagne, la force du marché bio est historique. Les Allemands ont été les premiers en Europe à promouvoir le bio. Aujourd’hui, les produits bio permettent aux enseignes de se différencier face à des discounters (Aldi, Lidl) qui représentent 40% des volumes et 60% de la valeur.

En Espagne, la consommation ne décolle pas car le n°1 de la distribution (Mercadona, 30% de parts de marché) ne propose aucune référence bio.

 


En conclusion

Cette analyse rapide du marché du bio en Europe montre des différences très significatives entre pays. Si certaines explications sont à chercher dans les différences de pouvoir d’achat, les spécificités de marché y sont également pour beaucoup. Ceci montre qu’une étude de marché approfondie est nécessaire pour comprendre la dynamique d’un marché et éviter les écueils.

Données de marché


Pays Taille du marché en 2021 (Milliards d’Euros) croissance du marché consommation par habitant (en €) Classement en termes de pouvoir d’achat (source : eurostat)
Danemark 2,46 milliards d’Euros +5,5% 422 € 2
Autriche 2,37 milliards d’Euros +15,2% 266 € 4
Suède 2,69 milliards d’Euros -0,5% 259 € 6
Allemagne 15,87 milliards d’Euros +5,9% 191 € 3
France 13,27 milliards d’Euros -0,5% 187 € 9
Pays-Bas 1,60 milliards d’Euros +5,5% 78 € 3
Belgique 0,98 milliard d’Euros +4,6% 77 € 5
Italie 4,57 milliards d’Euros +4,9% 77 € 10
Finlande 0,41 milliard d’Euros -0,5% 73 € 7
Espagne 2,75 milliards d’Euros +8,9% 53 € 15

 

Étiquettes :

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *