Gagnez de l’argent en répondant à nos enquêtes

Inscrivez-vous dès maintenant !
Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Techniques de mémorisation : expérience pratique avec mon fils de 12 ans

Gagnez jusqu’à 50€ en participant à une de nos études de marché rémunérées.

Inscrivez-vous dès maintenant !

La mémorisation, et plus encore les techniques de mémorisation, sont d’après moi un élément-clé de la réussite scolaire. Sur le modèle des challenges d’Ulysse Lubin, j’ai proposé à mon fils plusieurs défis pour la période estivale. L’un d’entre eux consistait à se souvenir de 40 œuvres d’Art (pays, titre, auteur, époque). Dans cet article, je partage avec vous :

  • les 3 techniques de mémorisation que nous avons utilisées
  • les résultats de cette expérience
  • le matériel (téléchargeable) pour répéter cette expérience avec vos enfants et augmenter leurs capacités de mémorisation

Si l’expérience vous intéresse et si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à commenter cet article. Je réponds à tous les commentaires.


Sommaire

technique mémorisation : flashcards

J’ai proposé à mon fils de 12 ans un challenge pour l’été : retenir des informations sur 40 œuvres d’Art. Plusieurs techniques de mémorisation ont été combinées afin de relever ce défi.


Les 3 techniques de mémorisation utilisées

Les techniques de mémorisation sont très nombreuses. Le but de ce court paragraphe n’est pas de les citer toutes mais plutôt de partager celles sur lesquelles je me suis appuyé pour cette expérience. Il n’y en a que 3.

Technique de mémorisation n°1 : les flashcards

La première technique de mémorisation que j’ai utilisée est celle des flashcards. Le principe est simple : une question d’un côté d’une feuille cartonnée, la réponse de l’autre. En espaçant les exercices de répétition, le cerveau combat la courbe de l’oubli théorisée par Ebbinghaus.

Technique de mémorisation n°2 : le story telling

Le story telling consiste à contextualiser l’information à retenir. Cette technique de mémorisation fonctionne bien pour des objets ou des concepts abstraits. Elle permet de faire des liens avec des connaissances existantes déjà acquises et de faciliter ainsi la mémorisation.

Technique de mémorisation n°3 : les histoires incongrues

On retrouve cette technique de mémorisation dans de nombreux ouvrages. J’avais commencé à l’appliquer quand il devait apprendre ses tables de multiplication. Elle consiste à inventer une histoire totalement farfelue pour associer des éléments de la question à la réponse. Je vous en donne des exemples concrets dans la suite de cet article.



3 techniques de mémorisation ont été combinées pour relever le défi.



Retenir 40 œuvres d’Art : le principe de l’expérience

Venons-en maintenant au défi que j’ai proposé à mon fils de relever. Il s’agissait pour lui de retenir des informations relatives à 40 œuvres d’Art (peinture, sculpture, objets archéologiques) de diverses époques, styles, pays et auteurs. Les 40 œuvres se répartissaient de la manière suivante :

  • 39 artistes différents
  • 10 pays différents
  • de -3000 av. JC à 1850

Le challenge est particulièrement ardu pour au moins 2 raisons :

  • d’une part, l’Art n’est pas forcément ce qui intéresse un enfant de 12 ans. La capacité d’attention, cruciale pour la mémorisation, me semble donc être impactée négativement.
  • la matière est particulièrement abstraite. A part l’œuvre, fixée sur le papier, les informations à retenir ne veulent rien dire en elles-mêmes. Il s’agit de noms, de dates, de titres et de pays. Un enfant de 12 ans ne peut pas compter sur une connaissance de l’Histoire de l’Art pour reconnaître tel style, telle technique, tel artiste.

Avant de partir en vacances, j’ai donc choisi une série d’œuvres (la plupart du Louvre) que mon fils ne connaissait pas. J’ai fait une fiche au format A5 pour chaque œuvre, avec d’un côté la reproduction en noir et blanc et de l’autre :

  • l’auteur
  • le titre
  • le pays
  • la date

Vous pouvez télécharger l’ensemble au format pdf en cliquant ici. Dans la précipitation je me suis d’ailleurs trompé. Je m’étais fixé comme objectif de lui faire retenir 10 œuvres d’Art et dans mon élan j’en ai préparé 40. Vous verrez que l’expérience n’en sera plus intéressante.


Préparation à la mémorisation

Lors de la préparation à la mémorisation, j’ai passé avec mon fils les différentes œuvres en revue et lui ai raconté les histoires que je connaissais à leur sujet.

Voici quelques exemples :

  • Albrecht Dürer autoportrait au chardon

    L’autoportrait au chardon a été peint par Albrecht Dürer pour sa future femme.

    Autoportrait au Chardon (Albrecht Dürer) : « Dürer a peint cet autoportrait pour l’envoyer à une femme qu’il aimait. A l’époque la photo n’existait pas donc c’était le seul moyen de montrer à quoi il ressemblait. C’est un peu l’ancêtre de Tinder. »

  • La Dame d’Auxerre : « Elle a été retrouvée dans les réserves du musée d’Auxerre. Sur sa robe on voit des motifs géométriques qui vont penser à un labyrinthe. C’est le style grec ancien dit +dédalique+ (Tu te souviens qui était Dédale ?) »
  • Portrait de louis XIV en costume de sacre (Hyacinthe Rigaud) : « Rigaud a peint ce portrait du roi à sa demande. Le roi soleil, ayant un petit fils en Espagne, eut l’idée de lui envoyer une peinture dans laquelle il y figurait. Lorsque Rigaud eut fini la peinture, Louis XIV la trouvait tellement belle qu’il décida de la garder pour lui et la plaça dans sa chambre. »
  • La Vénus de Milo : « Elle a été découverte en Grèce, et plus précisément (comme son nom l’indique) à Milo, dans un champ. »

Pour le reste, je l’ai laissé se débrouiller sachant qu’il était familier des flashcards.


1er test de mémorisation

La première séance de mémorisation s’est déroulée sur la table du salon. Toutes les fiches ont été mises côte-à-côte afin de bien visualiser l’ensemble du travail à accomplir.

test de mémorisation 1 avec flashcards

Nous avons ajouté une dose de gamification pour suivre les progrès et identifier les difficultés. Chaque catégorie d’information correspondait à un type de pâte.

gamification memorisation flashcards

Pour visualiser les résultats de la première phase de mémorisation, nous avons utilisé des pâtes pour identifier les points les plus problématiques. Quantifier les résultats est LE moyen d’améliorer ses capacités de mémorisation en détectant les points faibles.

Les résultats du 1er test de mémorisation sont visibles sur la photo ci-dessous.

Comme vous le voyez, certains types de pâtes sont largement plus représentés que les autres. C’est donc la preuve que certaines informations sont plus compliquées à retenir que d’autres.

résultats test de mémorisation aec flashcards

Résultats du premier test de mémorisation.

La première séance a permis d’atteindre un score global de 60%. Les résultats détaillés sont les suivants :

  • Pays : 87%
  • Titre : 59%
  • Auteur : 48%
  • Date : 25%

Sans vouloir tirer de conclusions hâtives, j’ai l’impression que plus l’information est abstraite (une date / un pays), plus la difficulté de mémorisation augmente.



Plus l’information est abstraite, plus la difficulté de mémorisation augmente.



2ème test de mémorisation

Le deuxième test de mémorisation a été réalisé à environ 3 semaines d’intervalle.

La photo ci-dessus a servi de point de référence pour la révision. Les œuvres qui posaient le plus de problème ont été isolées. Celles qui étaient maîtrisées ont été revues rapidement et classées en 2 tas :

  • celles qui étaient maîtrisées à 100%
  • les autres

Pour les fiches qui posaient le plus de problèmes, c’est principalement la technique de mémorisation n°3 qui a été utilisée (histoires incongrues). Voici quelques exemples :

  • tricheur à l'as de carreau

    Pour retenir le nom de l’auteur du « Tricheur à l’as de carreau », mon fils a imaginé qu’une tour (Georges de la Tour) surgissait de l’une des cartes.

    pour le tableau « Le Tricheur à l’As de Carreau« , nous avons imaginé qu’une tour jaillissait de la carte que tenait le tricheur dans sa main (l’auteur s’appelle Georges de la Tour)

  • pour le portrait de François 1er, nous avons imaginé qu’il avait un clou à la place du nez (l’auteur s’appelle « Clouet »)

 


A l’issue du 2ème test de mémorisation, la progression est impressionnante. Le taux de réussite atteint 75,6%. Pour les pays il atteint 100% et près de 90% pour les titres des œuvres et leurs auteurs. La mémorisation des dates reste un défi et il faudra donc trouver une technique de mémorisation adaptée.


Conclusion

Cette expérience montre que notre cerveau peut, avec un peu d’entraînement, retenir des informations relativement diverses.

Seulement 3 techniques de mémorisation ont été utilisées ici. On note cependant que certains types d’informations sont plus compliqués à retenir que d’autres (les dates en l’occurrence) et qu’une technique de mémorisation adaptée pourrait être nécessaire. Il n’y a donc pas de technique de mémorisation supérieure à une autre. Toutes se valent et c’est de leur combinaison que va jaillir la solution. Il vous faudra donc expérimenter pour trouver ce qui vous convient le mieux.

A l’issue de cette expérience je suis particulièrement fier de mon fils de 12 ans. Il démontre brillamment qu’il est possible de retenir des informations compliquées en utilisant les bonnes approches. C’est également une bonne manière de mettre en confiance l’enfant et de lui montrer tout son potentiel.

 

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *