Gagnez de l’argent en répondant à nos enquêtes

Inscrivez-vous dès maintenant !
Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Lytro échouera et fera faillite … à moins que …

Gagnez jusqu’à 50€ en participant à une de nos études de marché rémunérées.

Inscrivez-vous dès maintenant !

Connaissez-vous Lytro ? Probablement pas. La technologie utilisée par cet appareil est encore à ses débuts et la distribution est encore confidentielle. Néanmoins l’intérêt grandit pour cette technologie qui est clairement disruptive.

De quoi s’agit-il au juste ? Vous trouverez une excellente explication scientifique du principe de Lytro sur leur site. Mais laissez-moi vous expliquer avec mes mots. Jusqu’à maintenant faire une photo revenait à prendre un cliché en 2D de ce que vous aviez devant vous : certaines zones pouvaient rester flou (que ce soit voulu ou pas), tout dépendant de l’objet sur lequel vous faisiez le point et du zoom. La technologie proposée par Lytro vous permet de faire le point ou de zoomer à volonté une fois rentrer chez vous. Vous n’avez plus besoin de faire ces opérations lors de la prise de vue ; les fichiers générés par l’appareil vous permettent de tout faire chez vous une fois rentré. Il s’agit véritablement d’une nouvelle manière de concevoir la prise de vue et la photographie en général.

Malgré tout je reste très sceptique sur les chances de succès de ce produit. Tout d’abord parce que la résolution des images (1Mp) est encore trop basse et ne correspond pas aux référentiels du moment (le moindre téléphone mobile a une caméra de 5 Mp). Cette résolution de 1Mp sera donc insuffisante pour les besoins les plus courants (par exemple l’impression d’image). De plus le prix de l’appareil est encore élevé puisque le modèle d’entrée de gamme s’affiche à 399$ et le modèle haut de gamme, embarquant plus de mémoire, à 499$. Le consommateur Lambda ne pourra s’empêcher de comparer ces prix avec le seul objet approchant dans son référentiel, c’est-à-dire l’appareil photo numérique, et à ce petit jeu-là Lytro va être le grand perdant.

Mon avis :

A côté des arguments techniques il y a des raisons plus profondes, en relation avec le comportement du consommateur et la stratégie d’entreprise, qui me font penser que Lytro ne réussira ni à dominer le marché, ni même à survivre.

D’un côté la théorie de l’innovation nous enseigne que les premiers entrants sont rarement (voire jamais) les gagnants. Il vous suffit de lire les études Clayton Christensen, parfaitement applicables dans le cas présent car il s’agit d’un produit de nature informatique. Si on suit la courbe d’adoption de Rogers, Lytro finira forcément entre les mains de passionnés de technologie, ce qu’on appelle des « early adopters ». Les besoins auxquels Lytro répond sont en effet assez spécifiques et limités aux fans de photo qui prennent le temps de retoucher leurs œuvres numériques. Mais pour le commun des mortels, qui se contente de prendre une photo et de la regarder de manière très épisodique sans même l’imprimer, jouer avec les fichiers, zoomer et faire le point risquent de ne pas être considéré comme une activité des plus importantes.

D’un autre côté, compte tenu du fait que la technologie de Lytro pourrait bien présenter un intérêt certain pour les utilisateurs avancés et les professionnels, mon pronostic est que cette technologie sera proposée à terme par des fabricants qui ont la légitimité nécessaire dans ce segment de marché. Je pense ici à Canon et Nikon en particulier qui ont déjà réussi avec brio à intégrer les fonctionnalités vidéo dans leurs appareils ; à tel point d’ailleurs qu’un film entier a été tourné avec le D800, dernier né de la gamme Nikon. Intégrer la technologie de Lytro pourrait dès lors devenir une option intéressante dans un souci d’innovation et de renouvellement du matériel.

Y-a-t-il de l’espoir pour Lytro ? Certainement, mais ni dans le segment visé, ni à ces niveaux de prix. Lytro est avant tout une technologie « fun » et elle doit donc être intégrée dans des appareils servant ce besoin. A ce jour la meilleure option d’après moi est l’intégration de la technologie Lytro dans les téléphones mobiles. Je ne suis pas un physicien et je ne pourrai donc pas vous dire si cela est techniquement possible. Cependant, l’utilisation quasi permanente qui est faite du mobile dans un souci de distraction, la convergence de toutes les fonctionnalités dans le terminal mobile (HTC sort au deuxième trimestre un téléphone mobile avec beamer intégré), font qu’il s’agit de l’unique option pour Lytro. C’est à cette condition que Lytro pourra ne pas souffrir de la concurrence des acteurs du haut de gamme et toucher un maximum d’utilisateurs.

Tags: ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *