Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Comment les élections US ont mis en lumière les bulles de filtres

Partager cet article sur

Il suffit de faire une recherche Google sur « bulles de filtres« , « bulles cognitives » ou leur pendant anglais « Filter bubble » pour s’apercevoir qu’une quantité impressionnante de résultats est retournée. C’en est d’ailleurs surprenant pour un terme aussi abscons et somme toute relativement récent. Mais il faut bien avouer que les récentes élections présidentielles américaines ont braqué les projecteurs sur ce phénomène dont l’existence a été prophétisée par Eli Pariser en 2011, et qui est aujourd’hui le sujet de débats sur son existence réelle. Il est d’ailleurs intéressant de constater que si cette existence est remise en cause par les scientifiques, les médias s’en sont largement emparés sans les précautions d’usage pour expliquer le retournement de la présidentielle américaine.
Et les faits sont là. Juste après les élections du 08 novembre 2016, l’intérêt pour le terme «filter bubble» a quadruplé (voir image ci-dessous)

Fait intéressant, une deuxième vague peut être observée le 25 Novembre 2016, qui atteint les sommets de la période observée. Je n’ai pas été en mesure de corréler cette augmentation à un événement particulier, mais après avoir parcouru les résultats de recherche Google par ordre chronologique j’ai pu voir un certain nombre de publications sur les bulles de filtres autour de cette date. Ce qui a déclenché l’augmentation soudaine de l’intérêt des internautes n’est pas très clair pour moi; à cette même date du 25 Novembre je n’ai pu trouver qu’un article sur un site très populaire (wired.com).
Fait encore plus intéressant, l’ampleur du pic du 25 Novembre 2016 est la même que celui qui avait été atteint après la publication du livre d’Eli Pariser en 2011.

Ce qui ressort de cette évolution des tendances sur 12 ans, c’est que le livre de Pariser a eu un effet durable sur l’intérêt pour le phénomène des «bulles de filtres». Sans m’attaquer aux données chiffrées, on peut toutefois deviner que l’intérêt suscité est à peu près le double après le livre de Pariser, qui ne l’était avant. Gageons que les élections américaines (et celles à venir en 2017 en France et en Allemagne) relanceront à coup sûr le débat.

Étiquettes : ,

Auteur: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Partager cet article sur

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *