Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Comme il est difficile d’être simple

Partager cet article sur

« Comme il est difficile d’être simple »

Vincent Van Gogh


Ce joli mot de Van Gogh est en bonne place sur la carte du grand Paul Bocuse. Les marketers feraient bien de s’en souvenir car cela pourrait bien être une des clés du succès.
L’expérience s’accumulant je constate, avec amertume, que les entreprises deviennent les championnes de la complexité et semblent parfois se complaire dans une escalade avec leurs concurrents.
Ceci se traduit aussi bien dans les produits eux-mêmes que dans les vecteurs servant à leur promotion.
Pensez par exemple aux forfaits mobiles. La commission européenne a dénoncé à plusieurs reprises la complexité des offres sur le marché et Base a récemment pris le contrepied de cette tendance en affichant des tarifs simplifiés et en les mettant en avant.

La téléphonie mobile me direz-vous est un cas particulier puisque les Mobistar, SFR, Proximus et autres Orange ont tout intérêt à empêcher le consommateur de comparer les tarifs. Soit … mais que penser des autres industries ? Automobile, FMCG, IT, … rien en semble fait pour faciliter la vie (et le choix) des clients.
La filière vinicole a longtemps subit le poids de la tradition et des appellations complexes (amusez-vous à lire une étiquette de Bourgogne) et les vins du Nouveau Monde, affranchis de cette tradition, ont eu tôt fait de mettre en avant d’autres qualités et de faire le marketing des qualités intrinsèques du produit. Bien leur en a pris et ils sont désormais imités par leurs modèles d’autrefois.
Dans l’e-commerce et les sites web en général la tendance à la complexification existe. Seth Godin (que je lis de temps en temps plus par distraction que par vraie passion pour le personnage et ses idées) se faisait récemment l’écho du manque de différentiation des sites, regrettant que tous se ressemblent et qu’il ne soit quasiment plus possible de les distinguer une fois leurs noms effacés. Voilà bien le problème … tous se ressemblent et tous sont trop compliqués, noient le visiteur (et prospect) sous une avalanche d’informations plus ou moins pertinentes, l’invitant à rester le plus longtemps possible (ah … le bounce rate) et à se perdre dans les méandres de sites web imaginés par des webmasters et autres informaticiens dépourvus de toute sensibilité pour l’expérience client online.

Mon avis :
Leçon 1 : il est plus facile de faire compliqué que de faire simple. Essayer de faire un site web simple et vous le constaterez
Leçon 2 : concevez vos produits en ayant en tête l’expérience client. Vous êtes là pour apporter des solutions et faciliter la vie de vos clients. Comme le disait Théodore Levitt (l’inventeur de « l’augmented product concept » certes dépassé mais quand même révolutionnaire en 1969), vos clients ne veulent pas une mèche de diamètre 16, 18 ou 20; il veulent un trou du bon diamètre.

Leçon 3 : différenciez-vous par la simplicité et pas par la complexité.

Étiquettes : , , , , , ,

Auteur: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Partager cet article sur

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *