9 mars 2023 1135 mots, 5 min. de lecture

5 moyens de protéger les créateurs de contenu de l’IA générative

Par Pierre-Nicolas Schwab Docteur en marketing, directeur de IntoTheMinds
L’IA générative menace toute une série de sites web et leur stratégie d’inbound marketing. Il faut toutefois garder à l’esprit que les LLM (Large Language Models) qui sont derrière les outils tels que chatGPT se nourrissent de données publiques. Pour […]

L’IA générative menace toute une série de sites web et leur stratégie d’inbound marketing. Il faut toutefois garder à l’esprit que les LLM (Large Language Models) qui sont derrière les outils tels que chatGPT se nourrissent de données publiques. Pour ne pas se faire déposséder de leurs utilisateurs, je pense que nous allons assister à une série de contre attaques de la part des sites web les plus menacés. Je partage ci-dessous mes prédictions. Je vois 5 conséquences possibles à moyen-terme.

Contactez le cabinet d’études IntoTheMinds

Si vous n’avez que 30 secondes

  • L’IA générative va avoir un impact profond sur les créateurs de contenus. Les agents conversationnels de type chatGPT représentent notamment une menace en termes de trafic naturel.
  • Nous anticipons la mise en place à moyen de 5 stratégies de contre-attaque
    • Augmentation du contenu placé derrière un login (gated content)
    • Emergence de labels garantissant la qualité du contenu
    • Le meilleur contenu va devenir payant
    • Les newsletters vont gagner en importance
    • Le pouvoir des influenceurs va augmenter

Augmentation du contenu protégé (gated content)

Pourquoi ceux qui produisent du contenu de qualité devraient-ils le laisser à la portée de chatGPT et consorts ? Sans contenu frais, l’IA générative perd de son intérêt (elle se répète déjà beaucoup comme je l’ai montré dans cette étude). On l’a vu avec chatGPT dont les données de test s’arrêtaient à Décembre 2021. Pour la période 2022-2023, soit chatGPT ne donnait aucune réponse, soit il l’inventait. C’est ce qu’on appelle une hallucination.

Je pense donc que le meilleur contenu, les meilleures idées, seront désormais « protégées » du scrapping et des IA génératives qui pourraient être entraînées dessus. Les sites vont par conséquent devoir s’équiper d’un SSO (Single-Sign-On). Le contenu en accès totalement libre va se réduire ce qui créera également une frustration de la part des internautes qui veulent accéder le plus vite possible au contenu.


Emergence de labels garantissant la qualité du contenu

Les IA générative ont une capacité surprenante à être assertives et crédibles, même lorsqu’elles racontent n’importe quoi. Noyée parmi d’autres informations bien réelles celles-là, la « fake news » devient indétectable. Et Bing a beau afficher ses sources, qui va vérifier ? Parfois l’erreur est tellement évidente qu’elle en devient drôle (voir capture d’écran ci-dessous).

hallucination bing on chatgpt by China

Il est probable que certaines de ces erreurs vont faire l’objet d’un buzz médiatique dans les mois qui viennent. Cela fera prendre conscience aux utilisateurs que la qualité du contenu est importante et que la machine ne peut pas encore remplacer complètement l’humain. Des labels de qualité vont donc apparaître ici et là pour rassurer le lecteur :

  • « écrit pas des humains »
  • « fact checké par des humains »
  • « contrôlé par des humains »

Reste à savoir si ces labels présenteront un intérêt pour une portion non négligeable de la population. Force est malheureusement de constater que l’authenticité de l’information n’est pas vraiment une préoccupation de la majorité des personnes vivant sur cette planète.


Le meilleur contenu va devenir payant

C’est une autre conséquence logique de l’utilisation des données publiques pour entraîner des algorithmes. Pourquoi les créateurs devraient-ils accepter plus longtemps que leur contenu soit exploités par d’autres et qu’ils soient privés des bénéfices ?

Je vois se multiplier de plus en plus les newsletters payantes, œuvres de créateurs de contenus de niche. Jay Clouse a montré que ce modèle pouvait être viable. Je suis persuadé que de plus en plus de « petits » créateurs vont volontairement limiter le contenu qu’ils mettent gratuitement à disposition. En plus de le protéger derrière un SSO, le meilleur contenu va devenir payant tout simplement parce que tout travail demande salaire.

Monétiser un site web uniquement à partir du trafic ne sera plus possible. Une réflexion va indéniablement s’engager qui rendra payant le contenu le plus intéressant. Une des conséquences sera forcément la chute de trafic. Mais qu’importe si la création de contenu est financée. Personnellement je préférerai avoir 1/10 de mon trafic actuel (environ 1 million de visiteurs uniques) qui payent un petit quelque chose plutôt que l’entièreté du trafic mais qui ne me rapporte rien.



Les newsletters vont gagner en importance

Les agents conversationnels sont un danger pour votre trafic organique. En apportant directement une réponse que l’utilisateur pense être la meilleure, ils vous isolent de votre audience naturelle. Ce faisant, il devient encore plus difficile que par le passé d’établir une relation directe et de fidéliser son audience.

Dans ce contexte, les newsletters, cet outil d’un autre âge?, sont amenées à gagner en importance. Je pense qu’il est indispensable d’en mettre une en place pour  avoir un canal de communication direct avec ses abonnés et potentiel prospects. Plus vous commencerez tard, plus ce sera difficile. Le coût pour insérer un champ d’inscription sur votre site est faible. Faites-le tout de suite même si vous ne sortez votre première newsletter que dans un an. Personnellement c’est ce que j’ai fait et cela m’a permis d’accumuler plusieurs milliers de contacts avant que je ressuscite ma newsletter début 2023.

Deux conseils pour finir pour mettre en place votre newsletter

  • Évitez Mailchimp à tout prix si vous êtes basé en Europe. Cette outil ne répond pas à toutes les exigences du RGPD et encore moins du Cloud Act
  • Mettez bien en place une double validation de l’adresse email afin de documenter sans ambiguïté le consentement de la personne


Le pouvoir des influenceurs va augmenter

La dernière conséquence que j’entrevois découle du constat que je faisais au paragraphe précédant. Il deviendra de plus en plus compliqué d’entrer en contact avec son audience. Ceux qui disposent d’une audience captive seront donc à la fête. Je pense ici aux influenceurs. Inutile d’être un influenceur avec des millions de followers. Si vous êtes dans une niche, et surtout si vous êtes actif en B2B, votre influence va devenir monétisable. Elle l’est du reste déjà aujourd’hui mais les années qui viennent devraient renforcer cette tendance.

Il n’est jamais trop tard pour devenir influenceur. Si vous avez un domaine d’expertise, créez du contenu sur les réseaux, notamment Linkedin. A mon sens c’est là que se trouve les cibles marketing les plus valorisables. Si vous voulez percer sur ce réseau, n’oubliez pas de lire mon étude sur le sujet.

 

 



Publié dans Innovation.

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *