Gagnez de l’argent en répondant à nos enquêtes

Inscrivez-vous dès maintenant !
Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

[Podcast] Cet enfant de 10 ans décode les freins à l’entrepreneuriat féminin

Gagnez jusqu’à 50€ en participant à une de nos études de marché rémunérées.

Inscrivez-vous dès maintenant !

Dans ce nouvel épisode du “Monde du Business avec Pierre-Raffaele”, Florence Blaimont, la patronne de la WoWo Community, décode les 5 freins à l’entrepreneuriat féminin.
Pierre-Raffaele s’étonne de voir que les femmes sont moins représentées dans les entreprises que les hommes, en particulier au sein de la classe des entrepreneurs. Comment expliquer dès lors que les femmes entreprennent moins ? C’est le résultat, d’après Florence Blaimont, de 5 freins à l’entrepreneuriat féminin.

Frein n°1 : concilier vie personnelle et vie professionnelle

Les femmes ont peur qu’ en investissant du temps et de l’ énergie dans leur propre projet, elles devront délaisser leurs familles, ne plus être de bonnes mères ou de bonnes épouses. Or s’ il y a des hommes entrepreneurs, c’est que c’est possible. Il y a des femmes entrepreneurs qui ont des enfants, qui ont des postes importants dans de grandes sociétés. Pour Florence Blaimont, concilier entrepreneuriat et vie personnelle est tout à fait possible. Cela demande “juste” une certaine rigueur au niveau de la gestion du temps.

Frein n°2 : peur de ne pas gagner suffisamment

Les femmes ont très peur de ne pas arriver à “joindre les deux bouts”. Comme nous l’indiquait Florence Blaimont dans un podcast que nous avons réalisé avec elle, son expérience montre qu’il y a une femme entrepreneur sur 3 qui ne se paye pas. L’entrepreneuriat devient pour les femmes une sorte de “hobby” pas ou peu rémunéré, alimenté par une image négative de la femme qui fait de l’argent.

Pierre-Raffaele et Florence Blaimont

Pierre-Raffaele et Florence Blaimont lors du tournage de l’épisode 6.

Frein n°3 : manque de confiance

La confiance en soi est un pilier de l’entrepreneuriat. D’après Florence Blaimont les femmes souffrent plus que les hommes d’un manque de confiance. Ce dernier les pousse à penser qu’elles n’y arriveront pas. Un corollaire de ce manque de confiance c’est que les femmes entrepreneurs font moins appel à un prêt bancaire que les hommes entrepreneurs. Est-ce là encore un symptôme du manque de confiance en soi ? Ce n’est pas pas parce qu’un produit ou service existe déjà sur le marché que ce dernier est forcément bouché. La différenciation (voir cette autre vidéo de Pierre-Raffaele) est une stratégie marketing payante pour s’affirmer sur le marché.

Frein n°4 : manque de formation

Il faut ici comprendre la formation complémentaire, après les études classiques. A l’arrivée des enfants la vie professionnelle des femmes se met généralement entre parenthèses. Elles ont donc l’impression de ne plus être à jour, plus au niveau, surtout en ce qui concerne le digital.

Frein n°5 : sentiment de ne pas être assez entourées

Les femmes entrepreneurs se sentent seuls, manquent de soutien et la plupart du temps le réseau. Construire un réseau se fait souvent en dehors des heures de travail. Pour réseauter nécessite donc une organisation en amont (baby-sitter) et requiert de se sentir entouré.

Le Monde du Business avec Pierre-Raffaele, une série éducative sur l’entrepreneuriat et le marketing

Chaque semaine Pierre-Raffaele reçoit dans son studio un entrepreneur ou une personnalité marquante du marketing. Ensemble il parle d’un sujet lié à l’entrepreneuriat : marketing, innovation, SEO.

Vous aimez le concept ? Alors abonnez-vous à la chaîne YouTube.

Tags: ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *