Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Mobile Me : votre voiture n’a pas de secrets pour Mercedes

Share This Post On

Aujourd’hui, les voitures peuvent être connectés à votre smartphone; non seulement pour faire des appels, mais aussi pour la contrôler à distance. L’application Mobile Me de Mercedes permet au propriétaire de surveiller les fonctionnalités de base et celles plus avancées de son véhicule grâce à son smartphone.
La présence d’une carte SIM présente dans les véhicules modernes est le catalyseur de cette connectivité améliorée; mais elle permet aussi à Mercedes de devenir un fournisseur de données de manière insoupçonnée. Votre voiture n’a pas de secrets pour Mercedes et toutes ces informations pourrait bien devenir une nouvelle source de revenus pour la marque à l’étoile. Voici comment.

L’application Mobile Me: courte présentation

Un fidèle lecteur a eu l’amabilité de nous fournir quelques captures d’écran de l’application Mobile Me. Une fois connectée avec votre voiture, les capteurs envoient des information à l’application qui affiche l’état de divers composants (freins, fluides, …). Outre l’affichage en temps réel de la position de la voiture, l’application permet également de verrouiller à distance, de vérifier la pression des pneus, l’état des freins, le niveau d’essence, …
C’est bien sûr très utile pour détecter les problèmes et les corriger. L’application vous indique même la date de votre prochain entretien.

Bientôt un entretien déclenché automatiquement ?

Dans un autre article, nous expliquions comment les fabricants de tout poil essaye de retirer le client du processus décisionnel. Le même raisonnement peut très bien s’appliquer ici aussi. Imaginez qu’un problème soit détecté sur votre voiture. Si vous en avait donné l’autorisation au préalable on pourrait imaginer que cela déclenche une procédure au garage le plus proche et un entretien de votre voiture. Cela pourrait même faire partie d’un nouveau pack d’entretien préventif dont le prix serait déterminé par les informations collectées par le véhicule lui-même. Les propriétaires des véhicules les mieux entretenus se verraient proposer un prix bas, reflet du risque moindre représenté par leur voiture.

Où vont toutes ces données ?

Nous parions que les données affichées sur votre smartphone ne sont juste qu’une toute petite fraction de ce qui recueilli par Mercedes. Votre comportement de conduite (vitesse, accélération, décélération) est sans doute également enregistré; il en va de même pour la température extérieure, la pluie (à travers le capteur de pluie de votre pare-brise), les particules émises. Les chances sont élevées de pouvoir monétiser toutes ces données. Comment ? C’est très simple. Voici quelques exemples.

Il y a quelques semaines nous vous expliquions que le secteur de l’assurance s’oriente vers la récolte des données sur le comportement de conduite en plaçant des boîtes noires dans des véhicules. Leur promesse est d’ajuster le prix de votre police d’assurance à votre comportement de conduite. Pourquoi les assureurs continueraient-ils à financer ces boîtes noires (100€ environ) alors que les données peuvent être acquises chez le fabricant de la voiture ? Pour cette raison, le marché des capteurs télématiques est de nature temporaire. Dans 10 ans, quand tous les véhicules seront aptes à transmettre des données, les boîtes noires deviendront inutiles.
Passons aux informations météorologiques. Imaginez que vous avez des milliers de voitures équipées de capteurs de température et de pluie. Pourquoi voudriez-vous continuer à investir dans des stations météorologiques ? Les données que vous allez collecter seront plus précises, plus nombreuses, et couvriront potentiellement de plus grands territoires. Les voitures sont en mouvement; les stations météorologiques ne le sont pas.

Conclusion

Encore une fois les progrès technologiques permettent de recueillir des quantités de données impressionnantes sur les comportements clients. Ces données peuvent apporter une valeur ajoutée aux clients; mais d’un autre côté, elles peuvent également augmenter le pouvoir de négociation des entreprises qui possèdent ces données. Et dans ce cas de figure ce déséquilibre pourrait bien être préjudiciable aux droits des clients. Un plus grand contrôle du marché se traduira inévitablement par une perte de pouvoir d’achat.

Tags: , , , ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *