28 avril 2010 337 mots, 2 min. de lecture Dernière mise à jour : 8 novembre 2023

Le succès des motos Honda est du à l’ignorance

Par Pierre-Nicolas Schwab Docteur en marketing, directeur de IntoTheMinds
Voici ce qu’expliquait il y a déjà 20 ans Henry Mintzberg, un chercheur américain spécialisé dans entrepreneuriat et les processus cognitifs. L’étude de entrepreneuriat tourne à peu de chose près à quelques thèmes récurrents : l’identification et l’évaluation des opportunités […]

Voici ce qu’expliquait il y a déjà 20 ans Henry Mintzberg, un chercheur américain spécialisé dans entrepreneuriat et les processus cognitifs.

L’étude de entrepreneuriat tourne à peu de chose près à quelques thèmes récurrents : l’identification et l’évaluation des opportunités et les processus cognitifs qui en sont à l’origine, le passage à l’acte.
Parmi les processus cognitifs importants, les études empiriques ont montré que plus l’opportunité correspondait au domaine de connaissances de l’entrepreneur, plus ce dernier évaluait l’opportunité favorablement. En gros, si vous présentait une opportunité dans l’IT à un informaticien ce dernier l’évaluera plus favorablement que ne l’aurait fait un menuisier (il s’agit d’une moyenne … il a sûrement des menuisiers très calés en informatique).

Toutefois on observe que certaines opportunités sont évaluées favorablement car les entrepreneurs ne disposent pas des connaissances suffisantes pour se rendre compte du danger ou du désintérêt de cette opportunité. Le processus cognitif d’évaluation est dit « heuristique » c’est-à-dire que l’évaluation est réalisée à partir d’informations incomplètes.

C’est ce qui s’est passé avec Honda lorsque des managers de la société japonaise, en visite aux Etats-Unis dans les années 60, se sont étonnés de voir les Américains ne rouler qu’avec de grosses motos. Ils y ont vu une opportunité alors que une autre entreprise y aura vu une impossibilité. Et voilà comment on capture les 2/3 du marché américain

Mon avis :

Dieu merci tout n’est pas rationnel. Lorsque le patron de Virgin se prend à rêver de voyages dans l’espace je dis merci. Heureusement que les entrepreneurs sont là, avec leurs forces et leurs faiblesses, pour croire aux opportunités et parfois les concrétiser. Bien sûr toutes les opportunités ne sont pas des succès planétaires mais je reste persuadé que sans entrepreneurs les grands progrès techniques et commerciaux resteraient utopiques.



Publié dans Recherche, Stratégie.

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *