Gagnez de l’argent en répondant à nos enquêtes

Inscrivez-vous dès maintenant !
Le blog de la société IntoTheMinds
Conseils en Data & IT

Techstartup Day 2016: l’ascension de la réalité virtuelle

Gagnez jusqu’à 50€ en participant à une de nos études de marché rémunérées.

Inscrivez-vous dès maintenant !

Lors du Tech Startup Day qui a eu lieu à Bruxelles le 18 Février 2016, l’un des mots clé fût la réalité virtuelle (ou « VR » en anglais).

Juan Bossicard, Cluster Manager chez Impulse et président du Microsoft Innovation Center, a donné une présentation très intéressante sur les opportunités que représente la réalité virtuelle dans différents secteurs d’activité (voir slideshare ci-dessous).
Ce que j’ai aimé dans le discours de Juan c’est la perspective donnée à la réalité virtuelle et en particulier son lien avec la digitalisation de notre Société. Malgré la digitalisation galopante une frontière perdure encore en effet entre les personnes et les objets avec lesquels nous interagissons. Cette frontière (qui est la plupart du temps matérialisée par un écran) peut s’effacer grâce à la réalité virtuelle. Soudain, le corps devient une partie de l’expérience. Voilà bien la révolution que propose la réalité virtuelle : rapprocher les sens de l’expérience et immerger le corps dans une nouvelle dimension.

Comme Juan l’a très justement souligné, la réalité virtuelle donne la possibilité au plus grand nombre d’immerger leurs sens dans des expériences auparavant réservées à une élite ou tout simplement impossible à vivre : voler, voyager dans l’espace, rencontrer des dinosaures. L’imagination devient la seule limite à ces expériences et je rejoins Juan lorsqu’il explique, enthousiasmé, que la réalité virtuelle peut et va changer l’expérience client.

Le côté obscur de la réalité virtuelle

Il y a cependant un côté obscur de la réalité virtuelle qu’il ne faut pas perdre de vue. Nous, les humains, sommes des animaux sociaux qui avons besoin de vrais contacts physiques, d’établir des relations afin de nous développer et vivre. Notre espèce, bien qu’elle soit de plus en plus “connectée” (voir à ce sujet notre article sur les degrés de relations) n’a paradoxalement jamais été aussi isolée dans la vie réelle. Nous passons beaucoup –trop- de temps derrière nos smartphones, tablettes et ordinateurs, privilégions les emails et les sms aux contacts directs. Ce temps passé à communiquer de manière indirecte est pris de manière irréversible à celui que nous devrions consacrer à rencontrer nos semblables. Le danger de la réalité virtuelle est de nous pousser encore plus loin dans un monde virtuel, nous éloignant ainsi du monde réel..

La réalité virtuelle au secours de l’éducation 

Prenez par exemple cette idée, certes séduisante au premier abord, d’avoir des salles de classe virtuelles. De prime abord cela offrirait la possibilité à des millions de personnes d’assister aux cours dans les meilleures écoles et d’élever ainsi le niveau de l’éducation. Mais le danger est d’avoir des élèves qui suivent des cours de la maison, ce qui les affranchirait de la construction de liens sociaux avec leurs camarades de classe. Créer des liens sociaux, être confronté aux problèmes relationnels dans la cour d’école, connaître le plaisir de l’interaction, contribuent à faire de nous des êtres complets et adultes. Isoler plus est dangereux et ne peut qu’aller à contre-courant de ce que nous sommes par nature. Ma crainte est donc que la réalité virtuelle, mal comprise et mal utilisée, conduise à encore plus isoler.

Conclusion

La réalité virtuelle se révélera sans aucun doute un outil extraordinaire pour changer radicalement l’expérience client dans de nombreux secteurs (surtout en B2C). Cependant, cette technologie doit être mise en œuvre avec prudence. Je suis particulièrement effrayé par l’utilisation incontrôlée que nos politiques –souvent incompétents et sans vision à long-terme- pourraient faire de cette technologie et de l’incidence que leurs décisions, mal pesées, pourraient avoir sur la cohésion sociale et l’avenir de notre Société.

Image: shutterstock
Tags: ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *