Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Financement des Startups: quel futur pour le crowdfunding ?

Partager cet article sur

Nous avons été très heureux d’apprendre que notre startup bien-aimée « Brussels Beer Project » venait d’être financée … par une banque!
Cela a été -au moins pour nous- une très agréable surprise. Nous avions été très critique du rôle des banques l’année dernière: nous avions expliqué combien il était difficile d’obtenir un prêt pour une startup, quels étaient les critères utilisés par les banques pour accorder ou refuser un prêt, les conséquences de cet assèchement financier pour les startups, le rôle de crowdfunding dans ce contexte et nous ont avions aussi publié les conseils de notre collègue blogueur Patrick Hannedouche afin d’obtenir un prêt.

2015 : la situation sera-t-elle différente pour le financement des startups ?

Comme en 2014, il n’y aura pas de règle générale. Les banques vont encore juger chaque projet individuellement et appliquer des critères de sélection stricts pour faire leur arbitrage. Notre sentiment est -subjectivement- qu’il y a une tendance favorable en matière de prêts aux entreprises. Cela peut notamment être le résultat de la faiblesse des taux directeurs et des pénalités appliquées aux dépôts élevés. Les banques ont maintenant un incitatif à faire sortir de l’argent et à trouver de meilleures manières de rentabiliser leurs dépôts. Il n’en reste pas moins que les banques sont des organismes de gestion des risques; les mauvais projets n’auront toujours aucune chance d’obtenir un financement contrairement aux dérives de la fin des années 90. Pour vous prémunir contre les risques les plus évidents, n’oubliez pas de faire vos devoirs et en particulier votre étude de marché.

Quel sera le rôle de crowdfunding en 2015 ?

En 2013-2014, nous considérions le crowdfunding comme un « Ersatz » aux prêts bancaires. Pourtant, avec une limite de crowdfunding de 100 000 €, difficile de financer la plupart des projets, en particulier les plus ambitieux. Le Brussels Beer Project illustre le rôle émergent de crowdfunding. Ce dernier devient un levier pour un prêt bancaire plus important. La startup qui réalise une bonne campagne de crowdfunding devient « soudainement » intéressante pour les banques. Elle devient « bankable ». Bien sûr cela est du notamment à l’effort propre. L’argent récolté grâce au crowdfunding permet d’augmenter l’effort propre et d’augmenter les capacités d’emprunt. Cela réduit le risque pour la banque. Mais il ne faut pas négliger un deuxième aspect tout aussi important. L’engagement des contributeurs anonymes à financer un projet est en soi une évaluation très puissante des risques encourus. Pourquoi une banque refuserait-elle d’accorder un prêt à une startup soutenue par des centaines de personnes qui se sont engagés à donner leur argent ? Au final, le crowdfunding devient une étude de marché débarrassée des risques d’approximation et des hypothèses qui font peur aux banques.

Étiquettes :

Auteur: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Partager cet article sur

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *