Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Algorithmes: notre liberté est-elle menacée ?

Share This Post On

Si vous suivez l’actualité vous avez sans doute entendu parler de cette nouvelle étonnante : un algorithme a vaincu le champion européen du jeu de Go. Encore impensable il y a quelques années, cette victoire de la machine sur l’Homme marque une étape importante dans les progrès de l’intelligence artificielle (AI) ; à tel point qu’un article y a été consacré dans la revue Nature du 28 Janvier 2016. Les spécialistes du Big Data pensaient en effet qu’il faudrait encore 10 ans pour qu’un ordinateur batte un humain à ce jeu millénaire. Le moins qu’on puisse dire c’est que les progrès de la Science ont été plus rapides que prévu. L’algorithme AlphaGo développé par la société DeepMind a été le premier à réussir ce défi.

Des algorithmes de plus en plus intelligents

Quelques jours avant l’annonce faite dans Nature, Stephen Hawking prédisait sur BBC4 que l’intelligence artificielle provoquerait l’extinction de la race humaine, grâce à la capacité des algorithmes de se reconfigurer et de s’adapter plus rapidement que la race humaine.
Les progrès de la Science ont permis de créer une nouvelle « race » d’algorithmes capables d’apprendre par eux-mêmes et d’améliorer leurs compétences de manière autonome.
Il y a certes encore un long chemin à parcourir pour atteindre la prophétie annoncée par James Cameron dans “Terminator” (1984). Pourtant, c’est bien le chemin pris par la technologie : plus d’autonomie pour les machines et moins de place pour les humains.

Les algorithmes de recommandation limitent notre liberté

Les moteurs de recommandation sont utilisés sur les sites Web, dans les secteurs du retail, de l’assurance ou de la banque. Ils y réduisent déjà la liberté de l’Humain.
Prenez par exemple le moteurs de recommandation de YouTube: les vidéos que vous regardez lui permette de vous en recommander d’autre. Netflix et Pandora font exactement la même chose et en ont même fait leur marque de fabrique (pour en savoir plus sur les algorithmes de Netflix lisez cet article scientifique).
Mais les algorithmes utilisés plus communément servent également à limiter la liberté des employés. Dans leur quête d’efficience et de profits, les entreprises ont vu les êtres humains comme des éléments perturbateurs, sources de perte de rentabilité et d’inefficacité. Le sens des affaires et le contact humain ont été remplacés par des algorithmes qui dictent désormais aux humains ce qu’ils doivent faire. Les employés des compagnies d’assurance et ceux des banques sont déjà dans cette situation. Des algorithmes leur disent quoi proposer à leurs clients et à quel moment. L’ intérêt du client passera après. La quête du profit est plus importante.

Les algorithmes devraient enrichir nos vies et non y mettre des barrières

Que vous soyez un consommateur de contenu multimédia ou un employé dont les actions sont dictées par des algorithmes, vous pourriez légitimement attendre de la technologie (les algorithmes) qu’elle vous libère et non qu’elle vous enchaîne. Malheureusement c’est tout le contraire qui se passe. Les moteurs de recommandation ont tendance à être utilisés pour mettre les gens dans des boîtes (des segments comme disent les marketeurs) et maximiser la probabilité de vendre. La technologie n’est pas mise à profit pour l’intérêt général, mais pour augmenter les profits de certains (en vendant plus) et pour réduire les coûts (en le faisant avec moins de personnes). Par conséquent le contact humain est progressivement effacé de la relations commerciale, ce qui ne sera pas sans affecter la qualité de service, mais aussi la satisfaction du client.

Conclusion

Les entreprises doivent comprendre que les algorithmes sont des outils et non pas des solutions pour supprimer le facteur humain.

Tags: ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *