Gagnez de l’argent en répondant à nos enquêtes

Inscrivez-vous dès maintenant !
Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Sur les traces de Lorenzo Lotto dans la région des Marches (Italie)

Gagnez jusqu’à 50€ en participant à une de nos études de marché rémunérées.

Inscrivez-vous dès maintenant !

Dans certaines régions il est encore possible de faire des découvertes artistiques majeures en dehors des sentiers battus. C’est le cas de la région des Marches, en Italie, dont le patrimoine artistique se confond avec l’histoire du Vatican. Lorenzo Lotto vous y attend.

Les Marches sont un terrain de chasse rêvé pour les amateurs d’Art ancien. Après vous avoir emmenés sur les traces de Carlo Crivelli en 2019, cette année nous partons à la recherche de Lorenzo Lotto dans les Marches. Une très belle rétrospective a eu lieu en 2018-2019 qui a mobilisé les différentes localités où le passage de Lotto est encore visible. Un site web très bien fait est encore accessible.


Sommaire


Introduction

Plaque commémorative pour le décès de Lorenzo Lotto en 1556 à Loreto. La plaque est située dans la Basilique de Loreto.

Lorenzo Lotto (1480-1556) a été formé à Venise par Giovanni Bellini ou Alvise Vivarini. Comme ses contemporains, il sera amené à “s’exiler” à la recherche de patrons et de commandes. Sa 1ère étape sera Trévise (1503-1506). Il effectue son premier séjour dans les Marches de 1506 à 1508, avant de rejoindre Rome jusqu’en 1510 à l’appel de Bramante (l’architecte du Pape). Il aurait travaillé avec le jeune Raphaël dans les appartements du Pape. A partir de 1511 il est de retour dans les Marches (à Jesi) et en repart en 1513 pour s’établir pendant plus d’une décennie à Bergame. De retour à Venise de 1525 à 1532, il effectue ensuite de nombreux déplacements en Vénétie et dans les Marches. En 1549 il revient définitivement dans les Marches (à Loreto) où il sera enterré.

Dans les paragraphes suivants, j’ai choisi de vous présenter les différentes localités dans lesquelles je me suis rendu à l’été 2020 pour comprendre le travail de Lorenzo Lotto. J’ai décidé de respecter un ordre chronologique qui suit le passage de Lotto dans la localité en question, ou la date à laquelle l’œuvre a été finalisée.


Lorenzo Lotto à Recanati

Recanati est la deuxième étape des pérégrinations de Lorenzo Lotto après son départ de Venise. Il se rend pour la première fois dans les Marches afin d’exécuter un retable pour l’église Saint-Dominique (1508). L’art du jeune Lotto est déjà à son sommet technique, même si le traitement est encore empreint de l’influence de ses maîtres vénitiens. C’est le remarquable retable de Saint-Dominique qui est visible au musée de Recanati. Sa facture exceptionnelle me pousse à venir le voir chaque été. On ne peut se lasser de l’infinie minutie dont fait preuve Lotto, ni de la maîtrise toute vénitienne des couleurs. Comment en outre ne pas reconnaître la leçon de Bellini dans la présence de mosaïques (dans les niches derrière les personnages représentés sur les panneaux inférieurs) et le traitement des personnages dans les panneaux supérieurs.

Recanati Polyptych by Lorenzo Lotto (1508)

Retable de Recanati par Lorenzo Lotto (1508). Il s’agit d’une de ses œuvres de jeunesse peinte pendant son premier séjour dans la région des Marches.
Collection : Villa Colloredo Mels, Recanati, Marches, Italie

Le musée Villa Colloredo Mels de Recanati (malheureusement peu visité mais incroyablement intéressant) recèle d’autres trésors de Lotto. Tout d’abord deux tableaux qui datent de son second séjour dans les Marches (voir Lotto à Jesi) : une transfiguration monumentale et un Saint-Jean pèlerin dont une copie est visible à l’église Sainte-Anne au centre du village. L’autre œuvre visible, majeure, est l’annonciation de 1529 qui montre une vierge effrayée par l’arrivée de l’ange et un chat s’enfuyant que Balthus n’aurait pas renié. J’ai longtemps eu des difficultés à apprécier ce tableau dont les qualités plastiques m’ont échappé. Il faut reconnaître que le traitement du sujet est particulièrement disruptif pour l’époque. C’est donc cette innovation qui place ce tableau à part dans la production de Lotto. Il est difficile de saisir la portée de cette innovation mais on peut imaginer qu’il y a 500 ans il devait être particulièrement compliqué de s’écarter des “canons” de l’Art sacré. Lotto a su s’extraire de ce carcan pour produire une œuvre plus personnelle qui annonce le maniérisme.

L’annonciation de Lorenzo Lotto (1529), une des œuvres les plus inhabituelles du peintre. La nouveauté de la représentation en fait une innovation picturale marquante.
Collection : musée Villa Colloredo Mels de Recanati


Lorenzo Lotto à Jesi

Jesi est la ville qui marque le retour de Lotto dans les Marches en 1511. Un retour qui sera de courte durée puisqu’il repartira en 1513 pour Bergame. Le retour dans la région est documenté par un contrat du 18 Octobre 1511 pour la réalisation d’une Déposition. Ce tableau est désormais visible à la pinacothèque de Jesi avec d’autres œuvres de Lotto. La fraîcheur des couleurs est encore remarquable et la composition, bien que riche, reste très lisible. En fait de déposition (la croix est visible à l’arrière-plan), il s’agit plutôt d’une mise au tombeau. On ne peut manquer de remarquer le linceul que tient entre ses dents Joseph d’Arimathie et on se souviendra de la mise au tombeau de Rubens où cet élément iconographique est repris.

Depositione by Lorenzo Lotto (1511)

Déposition de croix par Lorenzo Lotto (1511)
Collection : Musei Civici di Palazzo Pianetti, Jesi


Legend of Saint Lucy (detai) by Lorenzo Lotto

Cette petite roue est le signe que Lorenzo Lotto a apposé sur la prédelle et sur le tableau pour indiquer le sens de lecture de l’œuvre.

Parmi les autres œuvres de la pinacothèque de Jesi, on ne peut manquer la “légende de Sainte-Lucie” dont les scènes sont arrangées d’une manière tout à fait unique. En effet la lecture de ce tableau commence dans la prédelle, se poursuit sur le tableau principal, et se finit dans la prédelle. Lotto a inventé une manière tout à fait unique d’indiquer au spectateur l’ordre des scènes. Il a placé des “roues” sur chacune des scènes pour indiquer le sens de lecture.

La déposition et la légende de Sainte-Lucie sont assurément les plus beaux tableaux visibles à Jesi. La Madone des roses (“Madonna delle Rose”) est une œuvre plus tardive (1526) où l’influence vénitienne est visible. La Visitation de 1531 est plus difficilement lisible (car mal restaurée), et de l’Annonciation (1526) il ne reste que deux panneaux latéraux.


Legend of Saint Lucy (detai) by Lorenzo Lotto

Lorenzo Lotto se sert d’une petite roue pour indiquer le sens de lecture de la légende de Sainte-Lucie. L’histoire commence dans la prédelle, continue dans le tableau principal, et se finit dans la prédelle quand Sainte-Lucie est attachée à des bœufs.


Legend of Saint Lucy by Lorenzo Lotto

La légende de Sainte-Lucie par Lorenzo Lotto
Collection : Musei Civici di Palazzo Pianetti, Jesi


Lorenzo Lotto à Monte San Giusto

Qui se douterait que dans ce gros bourg de 7500 habitants se cache, au sein d’une église minuscule, un chef d’œuvre ? C’est pour la minuscule église Santa Maria della Pietà in Telusiano que Lotto a peint en 1529 une crucifixion qui occupe tout le mur de la nef. Une œuvre tellement monumentale qu’on pourrait penser l’église construite autour.

Crucifixion by Lorenzo Lotto (1529)

Crucifixion par Lorenzo Lotto (1529)
Église de Santa Maria della Pietà in Telusiano, Monte San Giusto

Vous serez sûrement seul(e) lors de votre visite. L’église est assez sombre. Munissez-vous d’une pièce de 2€ pour illuminer le tableau. Le spectacle est saisissant. Les couleurs du retable semblent insuffler une énergie nouvelle à l’église.


Lorenzo Lotto à Cingoli (“La Madone au Rosaire”)

Le thème de la Madone du Rosaire est devenu célèbre après la bataille de Lepante. La victoire du 7 Octobre 1571 fut en effet attribuée à Notre-Dame-du-Rosaire par le pape Pie V. Il n’empêche, l’iconographie de la Vierge protectrice et des 15 mystères du Rosaire était déjà traitée avant 1571.

Madonna of the Rosary by Lorenzo Lotto (1539)

Madone au Rosaire par Lorenzo Lotto (1539)
Collection : Pinacoteca comunale, Cingoli, Italie

Le tableau monumental de Lorenzo Lotto, réalisée pour la confraternité du Rosaire de Cingoli en 1539, est toujours visible, près de 500 ans après sa création, dans cette même petite ville. Hébergée jusqu’en 2016 dans la pinacothèque communale, la toile est désormais visible dans une salle de la mairie (“Sala degli Stemmi” ou salle des blasons). Pour y accéder, appelez la mairie ou adressez-vous à la bibliothèque communale dont le responsable dispose des clés. Il vous guidera volontiers pendant les horaires d’ouverture de la bibliothèque. Si la visite est gratuite, pensez quand même à laisser une petite offrande pour aider à la préservation de la toile. Les visiteurs sont peu nombreux et les tremblements de terre laissent également des traces financières dans les comptes des petites communes italiennes.


Lorenzo Lotto à Mogliano

C’est désormais au musée d’Art Sacré de Mogliano (4500 habitants) qu’il faut se rendre pour admirer la Madone en gloire (“Madonna in gloria e santi”) peinte en 1548. Le tableau était auparavant dans l’église Santa Maria di Piazza, fermée depuis le tremblement de terre de 2016. Le tableau se présente encore avec son cadre d’origine (comme celui de Monte San Giusto). La toile présente une iconographie très particulière. La présence d’un mur circulaire, ne laissant dépasser que quelques monuments, rend ce tableau très singulier et difficile à interpréter.

Madonna in Glory with Saints by Lorenzo Lotto (1548)

Vierge en gloire par Lorenzo Lotto (1548)
Musée de Mogliano

Il est indispensable de téléphoner auparavant car le musée n’est ouvert que sur rendez-vous. Remarquez, devant le tableau, une vitre circulaire. Cette dernière est placée au-dessus de la nef de l’église ! Le musée est donc situé sur l’église.

Madonna in Glory with Saints (detail) by Lorenzo Lotto (1548)

Une plaque commémorative est peinte sous le tableau. Elle rappelle que le tableau a été peint pour l’église de Mogliano en 1548.


Lorenzo Lotto à Loreto

Lorenzo Lotto a fini sa vie à Loreto et y a entretenu sa foi (il se fera d’ailleurs enterrer en habit de dominicain). Dans la Basilique, une plaque nous rappelle les qualités extraordinaires de ce peintre (la plaque est située à l’entrée gauche, derrière la porte principale, et est donc difficilement visible).

Les œuvres de Lotto sont visibles à deux endroits. Dans la basilique elle-même se trouve un Saint-Christophe accompagné de Saint Roch et Saint Sébastien. Attardez-vous sur le tableau pour y découvrir la signature du peintre sur un parchemin orné d’un énigmatique œil.

St. Christopher by Lorenzo Lotto (1531)

Saint-Christophe par Lorenzo Lotto (1531)
Collection : basilique de Loreto, Italie

Dans le musée de la basilique se trouvent 8 œuvres supplémentaires dont l’adoration de l’enfant Jésus, sans doute la plus belle de toutes. Christ et la femme adultérine (1548-1550) est un très beau tableau également, dans une composition assez béllinienne en ce qui concerne la disposition des personnages.
La pièce du musée où sont rassemblés les tableaux de Lotto contient également un fac-similé de son émouvant “Libro delle spese”.

Lorenzo Lotto room at musem of Loreto Basilica

8 œuvres de Lorenzo Lotto sont réunies dans une même salle du musée de la Basilique de Loreto.

Libro di spese diverse, Lorenzo Lotto

Le musée de la Basilique de Loreto dispose d’un fac similé du livre des dépenses de Lorenzo Lotto.


Pour finir

Le “tableau de chasse” ne saurait être complet sans signaler les œuvres qui se trouvent à Ancône :

  • le retable de la hallebarde (1539) à la pinacothèque municipale (attention aux horaires d’ouverture très spéciaux)
  • l’Assomption (1550) à l’église San Francesco Alle Scale

Signalons également le Saint Roch (1549) présent dans les collections du musée national des Marches à Urbin.

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *