Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds

Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Etude de marché : la tendance de l’authentification sur les sites de médias

Share This Post On

Comme je l’avais annoncé dans un article précédent, j’ai organisé une conférence de 2 jours sur un sujet crucial en marketing digital : l’authentification des utilisateurs. Source de churn et de nombreux fantasmes, le « Single-Sign-On » (c’est le nom technique de l’authentification unique) suscitent de nombreuses inquiétudes. Cette conférence a permis aux participants de faire le point sur l’état du marché et d’appréhender la tendance ascendante du SSO au sein de l’industrie du broadcasting et en particulier dans les entreprises publiques de médias.

Nous avons eu le plaisir d’écouter 9 conférenciers exceptionnels venant d’horizons très différents: Tim Rowell (Piano.io), Ben Sekhon (Gigya, leader sur le marché du SSO), David Teague et Maya Ross (BBC), Wouter Bigaré (ex Media ID), Michael De Lucia (RTS), Annick Deseure (Mediahuis), Quentin Castelain (Freedelity), Robert Dawson Scott (STV), et Michael Barocco (UER).

Voici les 4 leçons à retenir de ces 2 jours

1. Non, le SSO n’ a PAS d’impact négatif sur votre part de marché

L’une des craintes les plus souvent mise en avant est que la mise en place d’un SSO couplée à l’obligation de s’authentifier pour accéder à un contenu conduisent forcément à une baisse du trafic et de la part de marché. Tous les exemples donnés durant ces deux jours prouvent le contraire. Si votre contenu est suffisamment intéressant, les utilisateurs ne feront aucune difficulté pour s’inscrire. C’est particulièrement vrai lors d’événements exceptionnels (jeux olympiques, coupe du monde). Le pouvoir d’attraction est alors tellement élevé que les utilisateurs feront fi de toutes les barrières éventuelles pour accéder au contenu qu’ils désirent.

2. Le SSO est un pré-requis pour lutter à armes égales avec les GAFA

A l’ère d’un d’une utilisation de plus en plus massive des données pour fidéliser les utilisateurs, quelles autres options les entreprises publiques de médias auraient-elles sinon que de suivre le mouvement ? Le SSO permet de mieux comprendre les comportements clients et d’en retour mieux les servir.
L’expérience récente de Facebook en Slovaquie montre que le fait d’être dépendant des plateformes sociales est extrêmement dangereux. Il est essentiel d’établir une relation 1-2-1 qui trouve sa source dans les données pour survivre à la puissance des GAFA.

3. Le SSO ouvre un nouveau monde de possibilités analytiques 

Alors qu’en télé et radio la mesure d’audience traditionnelle repose sur des panels (censés être représentatifs), le SSO permet d’analyser précisément la consommation et de comprendre les comportements des utilisateurs de la manière la plus granulaire possible. Vous pouvez ainsi savoir qui a consommé un contenu, comment et quand.
La quantité de données disponible donne la possibilité d’analyser ces comportements sous des angles nouveaux. L’exploitation des données massives vous transforme alors en ethnographe des données, une autre manière d’étudier le marché.

4. Le SSO permet de mieux comprendre les utilisateurs et de créer des contenus fidélisants

Collecter des données de consommation à grande échelle permet de mettre en lumière des comportements qui seraient restés invisibles dans le cadre d’un panel (qui plus est lorsque le panel repose sur des données « déclarative »). Des comportements précis peuvent être mise en lumière, des modes de consommation décortiqués. Là où les panels ne permettaient que d’avancer à tâtons dans le labyrinthe des comportements humains les données permettent de voir le cheminement de chacun. Cette perspective est essentielle pour créer les contenus de demain, ceux que les utilisateurs attendent sans vraiment le savoir. C’est là le secret de la réussite. Être en avance sur les attentes des consommateurs, élever leur niveau de satisfaction.

Conclusion

L’analyse du marché du broadcasting nous permet de voir que l’authentification préalable à la consommation du contenu est une tendance générale. Contrairement aux croyances populaires et aux aversions de certains, l’authentification ne produit pas d’effet adverses si la qualité du contenu auquel elle donne accès est optimale.

Étiquettes : , , ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *