Earn money by answering our surveys

Register now!

Crise du Covid : une double bulle financière et technologique se forme

Earn up to 50€ by participating in one of our paid market research.

Register now!

Vous souvenez-vous de la bulle technologique des années 2000 ? Vous souvenez-vous de la bulle financière de 2008 ? Eh bien 2021 marque la naissance d’une double bulle technologique ET financière qui va tout ravager. Tenez-vous prêts pour un raz-de-marée qui va tout engloutir. Si vous ne croyez pas à la fin du monde actuel, prenez le temps de lire les lignes qui suivent pour vous en convaincre. A bord de la voiture folle de la dette, nous nous dirigeons à toute allure vers le précipice. Pas sûr que les passagers en réchappent.

Si vous n’avez que 30 secondes

La crise du Covid fait converger 2 bulles spéculatives, technologique et financière, qui forment un cocktail détonnant.

La bulle technologique est le fruit de promesses de rendements inatteignables. Elle fait écho à d’autres crises, depuis longtemps oubliées, qui ont marqué les 18ème et 19ème siècle (bulle du nouveau monde, bulle des canaux, bulle des chemins de fer).
La bulle financière, quant à elle, est alimentée par des liquidités surabondantes qui conduisent à des investissements irrationnels par des néophytes. Ceci n’est pas sans rappeler la crise de la tulipe ou celle de 1929.

Les conditions sont donc réunies pour assister à un mégakrach qui remettra les compteurs à zéro. Car bien que la folie boursière des derniers mois soit basée sur du sable, le progrès technologique n’en reste pas moins indispensable pour affronter les changements de civilisation qui nous attendent.

Des cours de bourse décorrélés de la réalité industrielle

Ce qui est paradoxal avec la crise du Covid c’est que nous avons assisté d’une part à un ralentissement jamais vu de l’économie mondial, et d’autre part à une reprise ultra rapide de la bourse.

30 ans auront été nécessaires pour retrouver le niveau du Dow Jones après la crise de 1929; seulement 197 jours après la crise du Covid

Suite au krach du 22/09/08 il a fallu 679 jours au Dow Jones pour atteindre son niveau d’origine ;  lors du krach du 24/02/20, il aura suffi de 197 jours. 30 ans auront été nécessaires pour retrouver le niveau du Dow Jones après la crise de 1929 et près de 7 ans après l’explosion de la bulle internet.
A titre d’exemple j’ai dessiné sur le graphique ci-dessous les périodes temporelles pour ré-atteindre le niveau du Dow Jones après les krachs de 2008 et de 2020.

evolution from dow jones price from 2001 until 2021

La bulle technologique : des promesses de rendements incroyables

Ces cours sont tirés par des entreprises technologiques dont les course de bourses sont le reflet de promesses de rendement ahurissantes. Ce n’est pas la première fois. Voici une petite chronologie des crises provoquées par des espoirs technologiques déçus :

  • 1720 : les richesses du „nouveau monde“ provoquent la spéculation et la ruine des épargnants. La bulle du Mississippi éclate en 1720, peu après celle de la Compagnie de la Mer du Sud.
  • 1793 : la Canalmania atteint son paroxysme et la bulle des canaux éclate. Le développement des canaux pour faciliter la navigation intérieure a provoqué la formation d’une bulle spéculative en Angleterre qui finança des projets sans réel intérêt. Pour en savoir plus, je vous conseille cette page.
  • 1847 : le krach des chemins de fer marque la fin du développement anarchique des sociétés de transport ferroviaire.
  • 1873 : crise bancaire faisant suite à l’octroi facile de prêts pour l’investissement immobilier dans l’après-guerre et la dévaluation de ces biens.
  • 1999 : début de l’éclatement de la bulle Internet. Des sommes folles avaient été investies dans des innovations mal maîtrisées. Trop d’argent disponible et le rêve d’une technologie révolutionnaire laisseront les premiers investisseurs sur le carreau.

financial bubble banner

La bulle financière : des innovations mal maîtrisées

A côté des bulles technologiques se forment également des bulles financières. Un petit rappel historique s’impose pour ceux qui penseraient que la crise de 2008 était la première.

  • 1637 : la crise de la Tulipe a été alimentée par la politique monétaire accommodante des Provinces-Unies qui a provoqué un afflux de métaux précieux.
  • 1929 : le „grand krach“ alimenté par les achats d’actions à crédit par les petits épargnants. L’adage „Il ne faut pas investir en bourse plus que ce qu’on peut se permettre de perdre“ prend ici tout son sens.
  • 1980 : crise de l’immobilier et des actions au Japon, alimentée par une politique monétaire trop accommodante.
  • 2008 : crise financière des subprimes faisant suite à la titrisation des mauvaises dettes.

La mégabulle de 2021

On pourra disserter longtemps sur la mégabulle des années 2020-2021 mais au final elle est le double produit d’une bulle technologique et d’une bulle financière.

La bulle financière est créée par la politique accommodante des banques centrales qui prêtent de l’argent à taux très bas, voire qui l’offrent. On se souviendra par exemple des épisodes spéculatifs provoqués par les petits épargnants investissant leurs „chèque Biden“.

La bulle technologique est quant à elle alimentée par les promesses de la révolution digitale. Les sociétés bien établies voient leurs cours s’envoler tandis que les startups bénéficient d’investissements massifs dans le but de faire d’elles les prochaines licornes. L’abondance d’argent a même fait émerger des coquilles vides, les SPAC (« Special Purpose Acquisition Company »). C’est un comble.


Quel futur ?

Depuis 100 ans on constate que le progrès technologique alimente la bourse. Sur le long-terme la tendance haussière est indéniable, signe que des richesses sont créées. On peut donc raisonnablement penser que cette tendance haussière continuera.  Je précise d’emblée que cette hausse ininterrompue est caractéristique du marché US. L’indice Dow Jones a triplé depuis son niveau de 1999 alors que celui des bourses européennes est en 2021 peu ou prou le même qu’avant l’éclatement de la bulle internet.

Malgré l’inarrêtable marche du progrès, les accidents sont nombreux (les bandes grises sur le graphique de macrotrends.net ci-dessous en font état).

evolution of Dow Jones from 1921 until 2021

Mais chaque vague de forte hausse doit être suivie par un krach. Une phase de destruction créative est nécessaire et je pense que c’est ce qui nous attend. Trop d’argent a été investi dans des technologies futiles sans avenir. Trop de personnes inexpérimentées se sont mises à boursicoter en 2020 et ont fait artificiellement gonfler les cours.  Trop d’espoirs ont été mis dans la transition digitale alors que l’urgence est à la transition énergétique.


Quelles stratégies d’investissement pour le futur ?

N’étant pas un professionnel de la bourse, je me limite à investir (très peu) dans ce que je comprends. Je suis très prudent et pessimiste pas nature.

Mon expertise étant dans la „data„, j’ai acquis la conviction que le terme „IA“ était devenu un buzzword et que les espoirs portés dans ce domaine pourraient être douchés. Un bis repetita de la crise de 1999-2000 en somme. Les sociétés technologiques introduites récemment en bourse devraient souffrir face aux grands noms bien établis, notamment celles qui surfent sur des innovations marginales.

Comme souvent dans les crises de grande ampleur, je pense que les valeurs refuges vont également largement en profiter. Je crois beaucoup aux métaux précieux et à plus long terme aux entreprises travaillant sur la transition énergétique (notamment l’hydrogène).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Schlagwörter:

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Kommentar absenden

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.