Test glossaire
Tout ce que vous devez savoir sur le vocabulaire marketing
  • Bb

    L’appellation B2C (ou B-to-C) est l’acronyme de Business-to-Customer (de l’entreprise au client en anglais). Ce terme décrit le modèle économique choisi par les entreprises ayant décider de travailler en direct avec le consommateur final, les particuliers (juridiquement désignées sous le nom de personnes physiques).

    Les entreprises travaillant en B2C sont nombreuses et couvrent une large variété de secteurs de la distribution (alimentaire, habillement, cosmétiques, etc.), à l’information (journaux, télévision, etc.), en passant par les loisirs, le tourisme, etc.

    Travailler en B2C n’exclut pas la possibilité pour ces entreprises de travailler en B2B (ou B-to-B : Business-to-Business) c’est-à-dire sur la base d’un modèle ou les structures (personnes morales) font des affaires entre-elles. Par exemple, un hôtel peut offrir la possibilité à des particuliers d’y séjourner ou organiser leur mariage ou anniversaire une de leurs salles. L’hôtel peut également louer des chambres ou salles à des entreprises pour des réunions, des déplacements, des conférences, etc.

    Notons toutefois que la différence est principalement dans la vente et la communication, que ce soit au niveau des techniques que des arguments.

    Un revendeur va par exemple principalement travailler en B2C, que ce soit en possédant son magasin en propre ou via internet (e-commerce). Les deux méthodes peuvent également être utilisé.
    Ce vendeur est généralement fourni en produits par un grossiste ou par le fabricant en direct. Ce dernier, qui travaille en B2B dans cette simulation, peut également choisir de vendre en B2C en ouvrant un magasin ou en lançant son site e-commerce. Il travaillera alors à la fois en B2B2C (Business-to-Bussiness-to-Customer, ici : grossiste-à-vendeur-à-particulier) et en B2C (grossiste-à-particulier).
    C’est le cas par exemple de Tefal (les marques de poêles et casseroles antiadhésives) que nous retrouvons dans les magasins spécialisés, chez les cuisinistes, mais également dans les grandes surfaces (B2B2C). Il est également possible d’acheter directement sur leur site internet (B2C) ou dans les quelques points de vente physique dont la marque dispose.

  • Cc

    Définition

    La technique d’incident critique (CIT : Critical Incident Technique) est une méthode d’analyse qualitative développée par John Flanagan. Cette méthode est définie comme un panel de procédures visant à collecter les observations faites du comportement humain dans le but de faciliter leur transcription dans les processus de prises de décisions et notamment améliorer la résolution de problèmes.
    Connue depuis plus de 50 ans, l’utilisation de la technique d’incident critique ne se limite pas à un secteur ou un contexte particulier. En effet, on la retrouve dans des contextes d’analyse de poste, mais également dans le marketing, l’éducation, les études de marché.

    Initialement basée sur l’analyse comportementale, la technique d’incident critique englobe aujourd’hui l’étude d’expériences ou d’états psychologiques.

    Deux possibilités d’analyse

    • L’observation et l’analyse d’autrui (en externe)
    • L’observation et l’analyse de soi (rétrospectivement)

    Cette technique vise à observer et analyser un construit théorique (situationnel, psychologique, social, comportemental, etc.) préalablement défini. De fait, l’objectivité est une part essentielle et non-négligeable du bon déroulement et d’une analyse tangible des résultats observés.

    Étapes à suivre

    1. Définir en amont les objectifs d’analyse
    2. Instaurer un cadre
      • Situations et expériences à relever
      • Leur pertinence
      • Les impacts sur l’objectif de l’étude
      • L’observateur (externe ou rétrospectif)
    3. Collecter les données de manière systématique
      • Observation directe d’une situation
      • Récit indirecte de la situation
    4. Analyser les données
      • Appliquer un squelette de références et de verbatims
      • Segmenter et catégoriser
    5. Interpréter les données et réaliser le rapport des résultats

    Neuf (9) points visant à assurer la pertinence et la crédibilité de l’analyse

    1. Les enregistrements (audio et/ou vidéo)
    2. Le degré de fidélité au guide d’entretien
    3. L’extraction d’incidents critiques externes à l’interview
    4. Le caractère exhaustif d’un incident
    5. Le nombre d’occurrences
    6. La classification des incidents via une personne neutre
    7. Le contrôle croisé des réponses
    8. Les opinions d’experts
    9. La mise en exergue du lien entre la théorie (revue de littérature) et la pratique (étude qualitative)
OK