Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Leçon de co-création n°1

Share This Post On

Quel est le point commun entre une mercedes SLR Stirling Moss, le nouveau parfum d’Unilever et un sac à dos Raidlight ? Toutes ces innovations sont le produit de processus de co-création.

Les processus de co-création commencent seulement à attirer l’attention des grandes entreprises comme le suggère un récent article dans Business Week. Pourtant il ne s’agit pas d’un concept nouveau. Il existe depuis bientôt 40 ans et a évolué radicalement ces 20 dernières années, suivant l’évolution même des théories marketing.

Le terme co-création lui-même est une évolution récente qui provient de la « co-production de valeur » utilisée dans les années 1970.

Il n’existe toutefois pas d’entente réelle sur ce que signifie véritablement le mot co-création. J’ai revu de manière exhaustive la littérature scientifique des quarante dernières années et ai finalement regroupé les processus de co-création en cinq catégories. Je traiterai ces cinq processus dans cinq billets sur ce blog.

Commençons avec la première.

PROCESSUS DE CO-CREATION N°1 : « FAITES-LE VOUS-MEME » (DO-IT-YOURSELF)

Le client endosse la responsabilité de la dernière (des dernières) étape(s) d’un processus et est disposé à jouer un rôle actif.

Cette stratégie fait partie de l’ADN des modèles low-cost (ce ne sont pas les seuls toutefois). IKEA vous demande de vous charger du transport et du montage afin de garder ses coûts au plus bas, la plupart des compagnies aériennes vous proposent (si elles ne vous obligent pas) à réaliser votre check-in vous-même, les supermarchés vous offrent la possibilité de scanner vous-même vos achats en échange d’une attente moins longue aux caisses.

Les exemples sont nombreux et la sensibilité de plus en plus exacerbée des consommateurs devrait assurer un avenir radieux à cette technique de co-création.

Historiquement il s’agit de la technique la plus ancienne connue auparavant sous le terme « co-production ». Dans les années 70 toutefois elle restait néanmoins très centrée sur l’entreprise, délaissant le client, et a évolué depuis dans une optique plus collaborative.

Tags:

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *