Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

L’excellente initiative de KBC pour promouvoir l’entrepreneuriat

Partager cet article sur

Le passage chez le banquier constitue souvent la dernière étape dans le parcours de l’entrepreneur en voie de création d’entreprise. Une fois que vos devoirs sont faits, la quête de financements commence et avec elle les désillusions.

La campagne marketing lancée par la banque KBC le 1er février 2013 repense le rôle des banques. Dans des termes plus élaborés on pourrait dire que KBC a procédé à un ré-engineering du processus entrepreneurial où la banque se trouve être le premier maillon de la chaîne plutôt que le dernier.

L’identification des opportunités sur le marché

Beaucoup de personnes aspirent à lancer leur « petite affaire », à gagner leur argent de manière indépendante. Cependant, peu d’entre elles passent le pas. Les risques sont importants bien sûr, l’échec encore trop souvent stigmatisé, mais il ne faut pas sous-estimer l’absence d’idées valant la peine d’être exploitées. C’est justement ce que KBC essaye de solutionner grâce à sa campagne « La lacune sur le marché ». Grâce à un site web dédié les consommateurs ont la possibilité d’identifier les besoins non satisfaits dans leur environnement proche. L’initiative de KBC a donc pour but d’identifier des besoins de commerces de détail dans les régions bruxelloise, flamande ainsi que dans les cantons germanophones de l’est de la Belgique.

 

 

Conseil pour votre étude de marché (à Bruxelles, en Belgique, ou ailleurs)

Au-delà de la visibilité recherchée en matière de communication, l’initiative de KBC vise à collecter une somme importante de données auprès des consommateurs finaux, de les agréger, et de dégager ensuite des tendances et d’identifier des opportunités. Ceci pourrait tout à fait être intégré à une étude de marché sur le commerce de proximité. Attention toutefois à prendre en compte les subtilités du concept de zone de chalandise. Tous les commerces ne sont pas égaux et en fonction du domaine d’activité le nombre maximum de points de vente va varier. Toutes les opportunités ne sont donc pas bonnes à saisir dès lors que la zone de chalandise est très étendue.

Auteur: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Partager cet article sur

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *