Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Idée en bref : les cartes de fidélité ne servent à rien. Comment en tirer quand même quelque chose.

Partager cet article sur

les cartes de fidélité sont devenues au fil du temps un instrument inefficace pour créer la fidélisation. Elles servent surtout à détruire de la marge comme nous l’expliquions ici. Pourtant de nombreuses entreprises y ont encore recours qui continuent de croire au pouvoir mystique de ce petit bout de carton ou de plastique.

Si la carte de fidélité ne sert pas à fidéliser, essayez au moins de la rendre utile à quelque chose.

Ne suivez ainsi pas l’exemple de Mamma Roma, une chaîne bruxelloise de pizzérias (où l’on sert une merveilleuse pizza « al taglio » soit dit en passant) qui vient de lancer sa carte de fidélité. Cette dernière, simple petit bout de carton replié, deviendra sans valeur dès que le client la redonnera au comptoir. Les seules informations en théorie exploitables sont en effet le nom et l’adresse email qui sont demandés au client lorsqu’il retourne sa carte complétée. Notre expérience montre toutefois que dans 50% cas ces informations sont absentes, erronées ou tout simplement illisibles. Et même lorsque l’information peut être exploitée, la très grande majorité des entreprises ne l’exploite pas (ou très mal) et n’en tire aucune analyse intéressante.

 

Conseil pour votre stratégie marketing

Les cartes de fidélité sur support papier sont vouées à l’échec. Elle représente un coût (pas dans leur fabrication mais bien dans l’exploitation des données) qui décourage la plupart des PME, déjà confrontées à une montagne de travail à abattre. Quelle est la solution ?  De vous équiper dès le départ d’une solution permettant l’encodage automatique des données et leur exploitation. Si vous êtes localisé en Belgique vous pourriez tirer avantage de l’existence de la carte d’identité électronique. Une société comme Freedelity l’a transformé en carte de fidélité grâce à un astucieux petit lecteur. Les données collectées sont ainsi exemptes d’erreur. La prochaine étape est d’exploiter les données comportementales des clients pour en faire quelque chose d’utile. C’est bien là le seul intérêt de la carte dite « de fidélité »

Étiquettes : , , , ,

Auteur: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Partager cet article sur

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *