Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs
Partager cet article sur

Frédéric Oudéa (PDG société générale) : ambition SG2015

Frédéric Oudéa, le patron de la Société Générale, a été interviewé sur France Info le 18 Mars 2010. Il a notamment annoncé le lanceemnt d’un grand plan de changement : SG2015.

Avec ce plan SG2015 Frédéric Oudéa souhaite (je cite) :

« faire de la Société Générale une banque de référence, relationnelle, c’est important la relation avec les clients, qui sera une banque de référence pour la qualité de ses équipes ».

Ce qui est intéréssant c’est que la crise sonne le glas de certaines stratégies et rappelle aux banques l’importance des clients. Ce revirement est l’occasion pour Frédéric Oudéa de faire son méa-culpa par rapport au passé « customer-excentric » de la société générale
Frédéric Oudéa découvre également que

« Nos clients sont loyaux avec la banque, avec la Société Générale sont des clients loyaux. Nous essayons d’inverser le paradigme, nous essayons de dire que c’est la Société Générale qui doit être loyale avec ses clients »

Mon avis :

« Derrière la banque ce sont des clients, des hommes et des femmes, […] attention à la course au gigantisme »

et annonce qu’il est désormais à deschefs d’entreprises et que par exemple qu’il va

« allonger la durée de poste des conseillers pour répondre aux besoins des clients »

Derrière un plan interne (SG2015) annoncé à grand renfort de médias se cache en fait une idée toute simple, une idée que la Société Générale a malheureusement perdue de vue (comme la majorité des banques soyons honnête) : les clients décident du succès de votre business et vous feriez mieux de vous occuper d’eux.
Ce qui me sidère c’est que toutes ces annonces sonnent comme une découverte révolutionnaire pour Frédéric Oudéa, le meilleur exemple étant les plaintes des clients par rapport à la fréquence de rotation des conseillers. Il faut une crise majeure pour les managers déscendent sur le terrain et se rendent enfin compte que les clients restent, non pas parce qu’ils sont satisfaits mais parce que les switching costs sont encore trop élevs (malgré les mesures prises par la Commission Européenne).

Étiquettes : , , ,

Auteur: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Partager cet article sur

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *