Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Comment la réputation d’un objet influence la perception du consommateur

Share This Post On

Je viens juste de lire une étude fascinante dont l’auteur est une scientifique travaillant à l’Université de Paris VI, Claudia Fritz. Cette étude concerne un objet mythique, entourée d’une aura mystique qui a traversé les siècles : les violons d’Antonio Stradivari, dit “Stradivarius”.

Le secret de ces violons (450 exemplaires sont parvenus aux enchères, le plus cher s’étant vendu pour près de 11m€) a longtemps été recherché : origine du bois, traitements, vernis, forme et géométrie, tout a été passé au crible en vain.

Mais pour la première fois une scientifique a eu l’idée de ne pas s’intéresser à l’objet mais à celui qui en joue, le violoniste. A l’occasion d’un concours international de musique à Indianapolis en Septembre 2010 elle a soumis 6 instruments (3 Stradivarius et 3 instruments modernes d’excellente facture) au jugement de violonistes. Les sens de ces derniers avaient été biaisés afin que celle le sens auditif puisse juger de manière objective les caractéristiques du violon. En faisant porter un masque de soudeur aux musiciens Claudia Fritz voulait par exemple éviter que la vue ne leur permette de détecter l’origine de l’objet (faites ici le parallèle avec les dégustations de vin qui se font dan des verres noirs et qui conduisent régulièrement à prendre un vin blanc pour un vin rouge et inversement).

Les musiciens devaient alors évaluer certains “indicateur de performance” et, vous l’aurez deviné, les Stradivarius ne l’emportèrent pas. Le plus ancien des 3 Stradivarius arriva même bon dernier et c’est un instrument moderne qui l’emporta.

 

Mon avis :

L’expérience est classique mais appliquée de manière innovante dans un domaine connexe (l’acoustique). Elle nous rappelle les études marketing dans lequel les liens entre marques et prix sont testés ou celles, comme récemment dans l’industrie du vin, qui lie plaisir perçu et prix de la bouteille.

Comme la plupart d’entre vous s’en doutait, une stratégie de “cost leadership” n’est pas toujours la meilleure car le prix influence la qualité perçue. Il ne faut donc pas toujours vous brader ou bradé le fruit de votre travail au risque d’en déprécier la valeur perçue.

Tags:

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

2 Comments

  1. certains disent que les conditions n’étaient pas optimales car ce test ne s’est pas déroulé dans une salle de concert où la puissance sonore d’un stradivarius peut être révélée

  2. et d’autres disent que pour lever un biais il fallait bien tester le violon dans des conditions qui mettent tout le monde à égalité. Ce qui est bien c’est que le débat est enrichissant et permettra à Claudia Fritz de préparer une nouvelle étude.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *