Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds

Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Définition d’un cadre éthique pour la collecte, le traitement et l’exploitation des données à caractère personnel

Share This Post On

Le lendemain de notre (déjà fameux) meetup sur le Big Data et l’éthique à DigitYser, nous avons organisé un déjeuner avec divers spécialistes du Big Data autour de notre invité de marque de la veille, le Prof. Michael Ekstrand, pour discuter de questions certes émergentes mais néanmoins importantes, sur les pratiques des entreprises en matière de données à caractère personnel.
Tous les participants étaient manifestement très intéressés les aspects d’éthique et leur impact sur ces pratiques; nous avons d’ailleurs convenu avec notre hôte du jour, Philippe Van Impe, et Geert Verstraeten que nous aborderions ce sujet dans le prochain bootcamp « Big Data » organisé par Digityser.
Michael a avancé un argument très intéressant pour justifier du traitement de l’éthique dans une formation liée au Big Data. Il a en effet souligné que dans tout cursus d’ingénieur, qui s’agisse de chimie, de génie civil, … un minimum d’éthique est enseigné pour que les élèves comprennent dans quel cadre leur futur travail s’effectuera et qu’ils puissent avoir à coeur de contenter les utilisateurs. Dans les formations de type « ingénieur Big Data » ces aspects sont toutefois encore absents. Comment dès lors peut-on attendre de ces futurs experts en Big Data (ingénieurs, architectes, data scientists) qu’ils tiennent compte de l’éthique dans leur travail s’ils ne possèdent pas cadere de référence.

C’est précisément ce que nous nous sommes engagés à faire en proposant un référentiel largement basé sur les exemples. Afin de construire ce référentiel nous avons besoin de vous pour documenter de pratiques que vous jugez mauvaises (non éthique) dans trois processus relatifs au Big Data :

  • Collecte de données : comment les entreprises accèdent-elles aux données personnelles et quelles techniques non éthiques utilisent-elles ?
  • Traitement des données : comment les données sont-elles manipulées ? Ces manipulations révèlent-elles une vision biaisée, nocive pour l’utilisateur final ?
  • Objectifs : quelles sont les finalités non éthiques poursuivies par les entreprises qui utilisent les données ? En quoi ces objectifs sont-ils contraires aux intérêts des utilisateurs dont les données à caractère personnel sont capturées

Si des exemples vous viennent à l’esprit ou si vous souhaitez vous joindre à nous pour définir ce référentiel éthique, contactez-moi, laissez un commentaire sur cet article ou utilisez tout simplement le Google Doc pour ajouter un commentaire ou un exemple.

 

Image : shutterstock

Étiquettes : ,

Author: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *