Le blog de l'agence marketing IntoTheMinds
Etude de marché et coaching d'entrepreneurs

Cette startup aurait du faire une étude de marché avant de se lancer

Partager cet article sur

Une startup belge, OneHouseStand, a lancé une plateforme en ligne pour aider les entreprises et les particuliers à trouver des espaces, loués par des particuliers, pour organiser leurs événements. Cette idée de business est-elle promise à un bel avenir ? Quels sont les risques ? C’est ce que nous vous proposons d’analyser dans le billet d’aujourd’hui au travers d’une rapide étude de marché.

Quel est le marché ?

Dans une interview avec le journal belge Le Soir, l’un des fondateurs explique que 50% des demandes proviennent de particuliers, les autres 50% d’entreprises (pour organiser des team building, des conférences de presse, des lancements de produits,…).
Pour faciliter la vie de ses clients, OneHouseStand propose également ses services comme intermédiaire pour mettre en contact les clients avec des sociétés de catering.

Pourquoi louer un lieu privé pour un événement ?

Les propriétaires de lieux insolites ont depuis longtemps la possibilité de louer leur bien, par exemple dans le cadre d’un tournage de film. Vous vous souviendrez certainement de la maison de la famille Brown dans Paddington, une petite maison désormais devenue mondialement célèbre et qui figure d’ailleurs sur les circuits touristiques de la capitale londonienne. Ce type de location restait toutefois très confidentiel et réservé à des endroits d’exception. OneHouseStand se propose donc de structurer l’offre et la demande et de permettre au plus grand nombre de louer ou de mettre un location un lieu privé. Les similitudes avec AirBnB sont évidentes. Mais ce marché vaut-il vraiment la peine d’être exploité ? C’est là toute la question qu’une étude de marché viserait à éclaircir.

De l’intérêt d’une étude de marché quand vous lancez une startup

Comme souvent l’idée de business est née d’une observation faite par les entrepreneurs eux-mêmes : les événements qui se déroulent dans des lieux privés laissent de meilleurs souvenirs. Si cette constatation est tout à fait louable et l’hypothèse qui en découle plausible, il faut néanmoins évaluer la taille du marché et se demander si ce dernier présente un potentiel suffisant pour faire l’objet d’une exploitation commerciale.
Contrairement à AirBnBnB, les besoins satisfaits par OneHouseStand ne sont ainsi pas récurrents (il est en effet peu probable que les clients organisent des fêtes ou des événements au même endroit de manière très régulière). Dans ce modèle, il y a donc plusieurs risques qu’il convient de ne pas sous-estimer. Nous les analysons ci-dessous.

Offres sur la plateforme

Un risque réel est d’avoir un nombre trop limité d’offres sur la plateforme (actuellement 150 lieux sont proposées à la location) ce qui nuirait à la crédibilité de la plateforme toute entière.

Distribution de la demande : le syndrome Menu Next Door

Un autre risque potentiel est de voir la demande se concentrer sur une poignée de lieux à louer. Les propriétaires des lieux recevant le moins de demandes verraient leur intérêt dans la plateforme et leur motivation baisser, entraînant de facto la baisse de l’offre. La fidélisation de ceux qui proposent leur lieu à la location est la clé de la stabilité et de la croissance de l’entreprise. C’est en partie ce qui a précipité les problèmes de Menu Next Door. Les chefs amateurs qui proposaient leurs services n’ont pas été assez fidèles, se sont découragés, entraînant une déperdition importante dans l’offre. Dans une startup la recherche de la croissance requière que certains fondamentaux soient bien établis : la fidélité des clients et des fournisseurs en fait partie.

AirBnB constitue le plus grand risque

À mon avis, le plus grand risque pour OneHouseStand est sont modèle : AirBnB. Il n’y a en effet que très peu de barrières à l’entrée et AirBnB pourrait facilement réaliser une « intégration avant » (voir le canevas des 5 forces de Porter pour plus d’information sur ce terme) et bénéficier d’économies d’échelle évidentes qui anéantiraient toute velléité de la part de nouveaux entrants comme OneHouseStand. D’une part, AirBnB dispose déjà du plus grand nombre de lieux potentiels à louer (en toute ou partie), ce qui en fait immédiatement la plateforme de référence pour remplir des besoins comme ceux que OneHouseStand se propose de couvrir. D’autre part, AirBnB travaille sur des algorithmes de reconnaissance d’images qui permettraient d’identifier des lieux propices à l’organisation d’événements et ainsi proposer aux propriétaires de nouveaux moyens de gagner de l’argent. Lors du dernier salon Big Data Paris, Michael Curtis, VP engineering chez AirBnB, a expliqué que ses équipes travaillent sur l’analyse des 170 millions d’images publiées sur la plateforme afin de reconnaître automatiquement des caractéristiques spécifiques (la présence d’un balcon, une vue sur la mer, un jardin, …) et ainsi faire de meilleures recommandations aux personnes mettant leur bien en location sur la plateforme. On pourrait donc, sur ce principe, parfaitement imaginer que les algorithmes de AirBnB permettent de détecter des lieux propices à l’organisation d’événements et recommandent aux propriétaires de gagner de l’argent de cette façon.

Étiquettes : , ,

Auteur: Pierre-Nicolas Schwab

Pierre-Nicolas est Docteur en Marketing et dirige l'agence d'études de marché IntoTheMinds. Ses domaines de prédilection sont le BigData l'e-commerce, le commerce de proximité, l'HoReCa et la logistique. Il est également chercheur en marketing à l'Université Libre de Bruxelles et sert de coach et formateur à plusieurs organisations et institutions publiques. Il peut être contacté par email, Linkedin ou par téléphone (+32 486 42 79 42)

Partager cet article sur

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *